L'Évangile au cœur de notre vie

Évangile de notre Seigneur Jésus

(Jean 8, 51-59)

51 Jésus disait à ses disciples « Amen, amen, je vous dis : Si un homme garde ma parole, il ne verra pas la mort, pour l'éternité. »

52 Les Juifs lui disent :  Maintenant, nous connaissons que tu as un démon ! Abraham est mort, et aussi les prophètes, et toi tu dis : Si un homme garde ma parole il ne goûtera pas la mort pour l'éternité !

53 Es-tu plus grand que notre père Abraham, qui est mort ? Et les prophètes aussi sont morts ! pour qui te prends-tu ? »

54 Jésus répond : « Si c'est moi qui me glorifie, ma gloire n'est rien. C'est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites : Il est notre Dieu !

55 Et vous ne le connaissez pas, mais moi, je sais qui il est. Si je vous dis que je ne sais pas qui il est, je serai comme vous, menteur ! mais je sais qui il est et je garde sa parole.

56 Abraham, votre père, a exulté de voir mon jour ; il l'a vu, et il s'est réjoui. »

57 Les Juifs lui disent donc : « Tu n'as pas encore cinquante ans et tu as vu Abraham ? »

58 Jésus leur dit : « Amen, amen, je vous dis : avant qu'Abraham advienne, Je suis. »

59 Alors ils ramassent des pierres pour les jeter sur lui. Jésus se cache et sort du temple.

©  Desclée de Brouwer - 2013 Soeur Jeanne d'Arc

 

Chers frères et sœur, prenez un peu de temps pour intérioriser l’Évangile de ce jour, la Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus et écrivez sur une feuille ou dans un carnet votre propre analyse et ce que vous ressentez. Puis dans le secret de votre prière, chez vous, lisez à haute voix ce que vous avez écrit... Des choses extraordinaires changeront dans votre vie... c'est incontestable.

Voilà la Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus.

Notre Seigneur veut que sa parole soit universelle. Il nous dit en Marc 16 : « Allez dans le monde entier, proclamez la Bonne-Nouvelle… » Cette Bonne Nouvelle, nous devons l’offrir à tous jusqu’au péril de notre vie. Ce qui a provoqué la colère des détracteurs de notre Seigneur Jésus, c’est d’avoir mis au cœur de ce débat ‘‘Abraham’’ le père de tous les croyants. D’un côté il y a notre Seigneur qui affirme qu’avant Abraham, notre Seigneur était. Plus exactement, il emploie comme son Père le présent (au verset 58) : « …avant qu'Abraham advienne, JE SUIS… » et de l’autre, une impossibilité des chefs religieux de comprendre, faisant allusion à son jeune âge alors que l’ancêtre était mort depuis près de deux mille ans.

Quand nous lisons l’Évangile de Jean, on peut très bien comprendre que Dieu exauce parfaitement la promesse qu’il avait faite à Abraham. « Je ferai de toi une multitude de nations » (Genèse 16 et 17 à relire). C’est cette même parole qui s’est incarnée en notre Seigneur Jésus pour unir toutes les nations en une seule foi, un accomplissement éternel… que Dieu est le Père de tous les hommes et que notre Seigneur prépare à chacun d’entre nous une place dans son Royaume.

Notre Église catholique s’est toujours orientée vers la morale en culpabilisant le peuple en occultant l’amour de Dieu Notre Père pour tous. Notre Seigneur nous le dit clairement en Jean 10, 30 : « Moi et le Père, nous sommes UN. » Chacun d’entre nous, nous sommes invités à cette unité, l’unité d’une parole d’amour pour les pauvres, les plus démunis, les faibles et les laissés pour compte. Cette unité, nous pouvons seulement nous l’approprier qu’en toute liberté… Jamais elle ne nous est imposée et nous ne devons jamais l’imposer sous la menace d’un bannissement ou d’un enfer. Cette vraie liberté réside dans l’amour, de nous donner aux autres comme Jésus s’est donné à nous-mêmes.

« … » ‘‘... ’’ –

© ExEcclesia – Tous droits réservés 2018-2024