Présentation de la

Méditation de pleine conscience

à la lumière de l'Évangile

(C'est pour bientôt)
(C'est pour bientôt)
Par Gabriel Rey

Je veux vous faire partager mon expérience unique qui a changé le cours de mon existence en vivant ma foi en Christ, chez moi, hors de l'Assemblée dominicale, tout en restant ouvert aux autres, à ma famille ou à tous ceux qui me sont proches, à retrouver le calme dans mes agitations quotidiennes, la paix intérieure qui soulage mon esprit et mon corps et évacue mon stress et mes angoisses. C'est une expérience unique...

LA PLEINE CONSCIENCE A TRANSFORMÉ MA FOI CHRÉTIENNE

 

Derrière le mot « Méditation », il y a pléthore de pratiques. La méditation, c'est à la fois une attitude et un exercice qui nous préparent à la concentration, à la réflexion et à la contemplation. La méditation est une « Pratique ». C'est différent de la foi, car la foi ne se pratique pas, elle se vit par la confiance d’un être ou d’une divinité, elle anime notre raison d'être. La méditation se réfère à notre mental et à ses fonctions : l'intelligence, la psyché, la construction, la synthèse...

 

On peut méditer aussi sur un texte, une œuvre littéraire, une pensée ou un principe philosophique. Plus religieusement, on médite sur un message divin, la vie d'une divinité, de sa présence ou de sa manifestation. Depuis quelques années maintenant, le corps médical, plus précisément la neuroscience, s’intéresse de plus en plus à la pratique méditative de pleine conscience, depuis l'évolution des techniques de l'imagerie du cerveau. C'est très récent.

 

Les nouvelles études montrent bien que les techniques méditatives agissent sur le fonctionnement et même sur la structure de notre cerveau. Une pratique régulière de pleine conscience à un effet physiologique, c'est à la fois physique par l'interaction profonde entre le corps et l'esprit et biologique, car certaines zones de notre cerveau (nos neurotransmetteurs) s'activent pour commander notre attention, nos émotions, notre présence au monde et aux autres. Des facultés de médecine du monde entier commencent à mettre en place des formations pour les médecins, toutes disciplines confondues ceux qui veulent s'initier à la méditation.

 

L'Église catholique, trop enfermée dans ses dogmes aura du mal à admettre ces nouvelles études scientifiques. Cependant, dans la religion catholique, j’ai observé depuis quelques années que certains religieux et religieuses pratiquent la pleine conscience. Plus précisément la méthode Vittoz (du docteur Vittoz, médecin suisse 1863-1925) qui en employant le mot « concentration  » ne propose ni plus ni moins une pratique de méditation de pleine conscience. La méditation de pleine conscience est avant tout l'intensité d'un état d'esprit où je suis d'abord conscient du temps présent, du moment présent. C'est l'unique clé qui ouvre mon esprit et libère tout ce qui m'encombre et qui m'empêche d'avancer. Avoir une attention particulière de ce moment unique privilégié que je m'offre, de ressentir ce qui se passe ici et maintenant d'en prendre pleinement conscience, cette clé ouvre une véritable sensation de bien-être.

 

Comme moi, vous découvriez la joie d’être Chrétien, de vivre votre foi chez vous, hors des communautés par la méditation de pleine conscience et de la Bonne Nouvelle de Notre Seigneur Jésus (l'Évangile). Et vous vous sentirez beaucoup mieux. Oui votre vie de croyant hors de l'Assemblée et des communautés se transformera en une joie immense, grâce à la méditation de pleine conscience à la lumière de l’Évangile.

 

A vous d'en faire cette incroyable expérience et de juger par vous-mêmes.

 

Dans notre vie moderne où tout s'agite, où tout se bouscule, où tout s'active, où tout se presse... Notre temps est savamment fragmenté, pas seulement par ce que nous avons à faire chaque jour de façon récurrente, mais surtout de ne pas oublier tout ce que nous avons à faire en plus, par exemple : Se lever plus tôt pour un rendez-vous professionnel où il faut impérativement être à l'heure. Espérant qu'il n'y aura pas d'embouteillage ni de problème sur la route, ni dans les transports en commun, une panne ou une grève, pas de problème avec le démarrage de notre véhicule. Idem pour le soir, partir plus tôt parce que nous avons mille-et-une tâches supplémentaires à accomplir.

 

Le temps est impitoyable. On est harcelé, humilié si on n'a pas eu le temps de faire les choses à temps. Toujours et encore à ne pas oublier de faire ceci, d'aller à tel endroit, de bien surveiller l'heure, son heure... Nous passons notre temps à courir, à nous agiter parce que le temps presse, il assiège notre cerveau, tourmente nos raisonnements, affole notre pensée, ronge notre patience pour fabriquer en nous des êtres continuellement impatients, stressés angoissés et perpétuellement insatisfaits. La vie peut devenir vite insupportable et cauchemardesque. Le Burn out qui se développe de plus en plus en est une preuve concrète.

 

Parlons aussi de cette société de consommation qui nous kidnappe du temps à coups de publicités ingénieuses et souvent mensongères. C'est bien connu, elles s’immiscent volontairement dans nos portables, dans nos smartphones, dans notre ordinateur, sur les réseaux sociaux et même au moment de visualiser une vidéo ou de regarder un film à la télévision. N'oublions pas non plus toutes ces chaînes d'information en continu qui essayent de nous happer du temps en capturant notre attention, notre esprit, en le troublant et l'aliénant par des catastrophes, des corruptions, des conflits, des guerres, du terrorisme, des pandémies, etc. Le but de ces chaines, c'est non pas de nous informer, mais de nous saisir du temps en l’enthousiasmant dans nos révoltes intérieures. Ces chaînes recherchent avant tout de l'audience pour faire payer plus cher la publicité qu'elle diffuse.

 

PRENDRE DU TEMPS POUR SOI

 

STOP ! Il est indispensable de prendre un temps pour soi, rien que pour soi, sans personne. De faire tout simplement des pauses dans la journée. De reposer son mental. C’est indispensable. Notre foi sera toujours dans le tourment si nous ne retrouvons pas des moments calmes dans notre existence.

 

J’ai arrêté d’aller à la messe, car la liturgie ne reposait pas du tout mon mental. On ne m’accordait même pas dix minutes pour une médiation. Certes la messe est avant tout une célébration de chants, de lectures, de prêches, de la sainte cène. À la fin, on me donnait les nouvelles de la paroisse, donner à telle œuvre, participer à telle organisation, etc. J’en ressortais comme j’en étais entré, avec un mental toujours perturbé et épuisé…

 

LA MÉDITATION ET LA DÉPRESSION 

 

Attention ! Il faut être précis et clair. La méditation de pleine conscience ne se substitue pas à un traitement médical en cas d'une maladie physique ou psychique... C'est très important de le souligner.

La Méditation de pleine conscience ne se substitue pas à la prière qui est façonnée à la pensée et aux sentiments de notre Seigneur Jésus, ni à la lecture de la Parole de Dieu.

 

La Médiation de pleine conscience qui a transformé ma foi chrétienne est basée sur la respiration.

 

Prenons l’exemple d’un sportif de haut niveau. Après un long moment d’entrainement, il est essoufflé. Si vous voulez qu’il soit objectif sur n’importe quel sujet, il faudra attendre un moment, qu’il reprenne son souffle et sa respiration normale. Il n’y a rien de magique, c’est tout à fait naturel. C’est exactement la même chose pour nous. Nous ne pourrons pas avoir une prière efficace, un enseignement profond sur la parole de notre Seigneur Jésus si notre mental est perturbé par tout ce qui nous entoure. J’en fais encore l’expérience.

 

Quand notre mental est enfermé par un stress qui se transforme en une crise d’angoisse, un trouble psychique ou une dépression chronique. Il ne faut pas croire que Dieu et Jésus feront tout disparaître en une fraction de seconde que votre prière effacera votre mal du jour au lendemain.

Sur toutes les injustices que je voyais autour de moi, je faisais partie de ceux qui s’interrogeaient sur l’existence de Dieu. Trop c’en était trop. Et bien justement, je bloquais mon mental en le laissant à la merci de tous ceux qui commettent des injustices, de ceux qui me prouvent chaque jour qu’en effet Dieu n’existe pas et surtout je laissais mon mental à la merci de ceux qui continueront à me manipuler en profitant de ma faiblesse. Croyez-moi mon expérience et surement la vôtre.

 

Quand cela ne va pas trop bien dans notre vie, il faut penser d'abord à soi avant d'aider les autres. Pour aider l'autre, il faut d'abord être bien soi-même. Ainsi la méditation quotidienne et régulière rendra notre esprit plus serein, plus reposé et plus heureux et rendra de fait l'autre heureux après avoir retrouvé une paix intérieure. Le contraire ne marchera pas.

C'est pareil avec ma relation à DIEU et à notre Seigneur Jésus. Si mon mental est perturbé par de fortes crises d’angoisses où je serais surement capable de me révolter, de me venger, que sais-je ? Que pourra faire mon Seigneur Jésus… Rien ! Malheureusement rien ! Non pas parce qu’il est absent, mais parce que j’ai rejeté de facto sa compagnie, ma confiance, son amour et mon espérance.

 

La Méditation est là tout simplement pour réguler ma respiration et que mon esprit ne vagabonde plus pendant ce temps que je me suis octroyé . C'est un besoin vital. C'est une expérience extraordinaire.

 

Chacun sait qu'un mal-être peut revenir à tout instant dans notre vie.

Mais par la méditation régulière et rigoureuse, chaque jour, me donne de moins en moins la possibilité à l'angoisse et au stress de s'installer dans on mental, car j’ai créé naturellement un espace intérieur où mon esprit en est le maître.

 

La sagesse d'une méditation possède une puissance inébranlable, la cohésion d'une force et d'une énergie. Dans ces pauses que je me suis offertes, quand mon corps me lâche, quand mon psychique est vulnérable, la méditation de pleine conscience et l'intensité du moment présent laissent justement très peu place à toute perturbation.

 

Comme de grands sportifs de la vie que nous sommes, il faut prendre du temps pour réguler notre souffle. Il nous faut prendre aussi du temps aussi pour réguler notre mental, apaiser notre esprit. Cependant, comme tout bon sportif, nous aurons besoin d'un entrainement régulier et méthodique.

 

Quelques minutes suffisent pour changer complètement votre vie en tant que chrétien chez vous,  loin de l'église et des communautés. Certains de mes amis n'y croyaient pas. En faisant l'expérience de la méditation de pleine conscience, ils n'en revenaient pas du résultat. Nous sommes différents des uns des autres et selon notre tempérament, notre sensibilité, notre état physique ou psychique, ce que l'on a subi et là où nous en sommes, il faudra pour certains plus de temps et de patience par rapport à d'autres. C'est comme ça.

 

La patience est la seule arme dont la sagesse a tant besoin. La sagesse agira doucement et tranquillement. N'ayez aucune inquiétude si quelques méditations ne se passent pas comme vous le souhaiteriez.

 

L'important c'est d'être régulier et rigoureux, en commençant ne serait-ce que dix minutes par jour. Ne précipitez pas les choses. L'important c'est que votre méditation s'ancre définitivement dans votre profondeur en provoquant une paix intérieure tant recherchée et qu'au fond de votre être, la sagesse puisse rendre votre vie plus harmonieuse. Votre entourage en sera époustouflé et votre foi chrétienne loin des institutions et des dogmes en sera transformée.

La profondeur de votre paix intérieure sera éclairée par  l'Evangile de notre Seigneur Jésus.

Et là, votre existence sera transformé.

Gabriel Rey

© ExEcclesia – Tous droits réservés 2018-2024