LETTRE 12

Pourquoi je n'irai pas manifester dimanche 6 octobre

 

Quoi que l’on en dise, la manifestation contre la PMA pour toutes, même s’ils s’en défendent, est organisée principalement par des catholiques d’un milieu social assez élevé. Il faut le reconnaître. Interrogez n’importe qui dans la rue, c’est ce qu’il vous dira. La bioéthique est leur préoccupation majeure, certes noble, avec également la fin de vie sans oublier l’avortement où les catholiques essayent à chaque élection de rouvrir le débat pour penser autrement, revoir autrement.

Nous sommes avant tout des citoyens 

Cependant, nous vivons dans une république et nous sommes avant tout des citoyens à part entière. Depuis la séparation de l’Église et de l’État, la religion n’a plus aucun pouvoir sur le temporel. Cela échappe peut-être à beaucoup, cette séparation est conforme à l’Évangile, à la position de notre Seigneur Jésus. Jamais il n’a voulu que ses disciples soient un pouvoir politique. Notre Seigneur Jésus est le premier laïc de tous les temps, car son Royaume n’est pas de ce monde. C’est clair. Il voulait que nous annoncions le règne de Dieu, cette Bonne Nouvelle, qui changerait notre humanité, elle qui est toujours sans repère et déboussolée...  Ce message doit être même adressé aux puissants de ce monde.

En aucun cas les chrétiens ne doivent faire du prosélytisme. Le prosélyte est là pour convaincre, le chrétien est là pour annoncer.

Je suis libre ! 

Si je ne manifeste pas en tant qu’athée, au nom de ma liberté, et que j'exprime sur les réseaux sociaux et que je suis contre la PMA, je n’aurai aucun souci. Par contre si j’ai cette même démarche en précisant que je suis catholique certes retiré de ma communauté paroissiale, je reçois des messages virulents. Pourquoi ?

Les fidèles catholiques aiment mieux les athées que les catholiques tièdes. 

Je ne suis pas un militant ni un adhérent

Comme je ne suis pas membre de la Manif pour Tous, ni de l’Alliance Vitae, ni des AFC, ni des Éveilleurs, ni des sentinelles et bien d’autres mouvements satellites, je n’ai reçu aucun mailing, aucune brochure, aucun appel à don. Je n’ai pas reçu dans ma boite aux lettres un petit paquet de tracts à distribuer. Aucun délégué ne viendra à mon domicile avec son véhicule dont le coffre est bourré d’affiches,. Aucun petit paquet enroulé d'un élastique me sera destiné. Et je n'entendrai pas le délégué me dire avant de partir : "As-tu assez de tracts. En veux-tu d'autres ? n'hésite pas à bombarder autour de toi." 

Donc, si je devais manifester ce dimanche 6 octobre 2019, ce serait en tant que simple citoyen, catholique insignifiant, tiède et mécréant qui aime bien le Pape, mais aussi pour d’autres raisons.

Les catholiques ont eu le droit à la parole lors des auditions-débats auprès des élus de la nation ainsi que les représentants des différents cultes. Mais la PMA, à coup sûr, on l’aura quand même parce que nous sommes dans une mondialisation capitaliste où il y a de l’argent à se faire... peu importe qui paiera. La majorité des représentants de la nation est aux ordres du pouvoir... C’est fait !

Je n’irai pas manifester le 6 octobre 2019 parce que je n’aime pas être ‘‘Contre’’ lors d'un rassemblement. Cela me stress et perturbe mon mental, m’empêche de m’ouvrir aux autres et d’ignorer toutes celles qui souffrent de ne pas avoir un enfant.

Être contre, c’est donner une ouverture (c’est mon côté bouddhiste) à mon esprit qui risque à tout instant de s’emporter, car être contre m’encouragera forcément à lever la voix, crier, hurler, à brandir un étendard, un glaive dans mes propos qui peut blesser celles qui ont recours à une PMA sans père. Je ne veux pas donner à mon mental une telle occasion.

Le chrétien dans sa sagesse ne doit jamais être ‘‘Contre’’, mais être ‘‘Pour’’. Cela me fait penser à une célèbre position de mère Thérèsa qui disait : « On m’a souvent demandé pourquoi je ne participe pas à des manifestations contre la guerre. Je réponds que je n’y participerai jamais, mais qu’à chaque fois que l’on organisera un rassemblement pour la paix, je serai là. » Quoi rajouter de plus.

Un ami me demandait : « Mais tu es contre ce projet de loi ? » 

La question est posée au législateur pas à moi. 

Ma position est claire : Je suis pour la PMA aux couples qui ont des difficultés à avoir un enfant sans recourir à un tiers donneur. Je suis pour que chaque enfant puisse connaître s’il le souhaite, sans discrimination, ses origines de mère et de père biologiques. On ne doit exclure personne. Oui, je suis convaincu par mon histoire et particulièrement celle de ma fille séparée de son compagnon. Mon petit-fils à besoin de son père. Je le vois régulièrement. 

 

Le reste, c’est au pouvoir temporel de décider. Un homme a été élu sur un programme aux ordres de la mondialisation. Les catholiques veulent à tout prix renverser cette loi, mais surtout l’homme élu par la même occasion. Moi j’aime mieux rester chez moi dans la prière et la méditation. C’est mon choix ! Illuminé pour certains, inconscient pour d’autres, tiède à vomir pour quelques-uns de mes frères (on me l’a répété souvent sur les réseaux sociaux) … mais ce n’est pas grave, j’en ai l’habitude.

Je suis conscient quand même que la manipulation du vivant sera inquiétante dans les années à venir.

Voici une question qui demeure en moi et me taraude. Peut-être a-t-elle été posée lors des débats. Si un enfant plus tard en veut à sa mère d’avoir effacé son père de son histoire, il y aura peut-être ou pas des explications, des violences, des rejets, mais espérons-le des réconciliations heureuses. Et si ce même enfant créait dans vingt-ans un collectif pour attaquer l’État de l’avoir empêché de connaître sa filiation, il en aura le droit et je suis assez convaincu que cela se passera. Il y a tellement de l’argent à se faire !

En tant que catholique, je ne veux pas être réduit

Ce qui m’a interpellé, c’est que justement ces associations de la cathosphère réduisent le catholicisme, en se montrant dans les médias, uniquement sur la bioéthique. Depuis sa première   en 2013, j’ai souvent entendu dire : « Les catholiques ? Ah oui, le ‘‘ Ces homophobes de la Manif pour tous et ces prêtres pédophiles’’.

Aujourd’hui, le catholicisme se résume à cela. Que c’est triste ! Alors que dans l’Église, des hommes et des femmes se battent au quotidien pour faire reculer la misère dans notre pays, pour défendre la dignité de chaque être humain, relever ceux qui sont tombés, soigner les blessés de la vie. Dans l’Église catholique on parle de la pauvreté une seule foi dans l’année : « La journée des personnes pauvres ». Ce jour-là, on organise dans une seule paroisse de Paris un festin où la majorité des convives ne sont même pas des pauvres. Combien de femmes se retrouvent seules à élever des enfants, isolées, oubliées... Combien d’entre elles ne viendront jamais à la porte de l’Église de peur d’être jugées... mais nous n’avons pas de temps à perdre, on revient continuellement à notre combat, la bioéthique, rien que la bioéthique et l’écologie humaine. Non ! Je n’irai pas manifester le 6 octobre parce que je ne veux pas être réduit en tant que catholique à cela.

 

 

Prosélytisme et propagande

Dans les dernières actions pour inviter tout le monde à Paris, les organisateurs ne font plus du prosélytisme, que j’ai observé sur les réseaux sociaux, mais de la propagande. Même aux obsèques de Monsieur Jacques Chirac, ils étaient là à distribuer des tracts dans les rues adjacentes.

Côté des Évêques, il y a eu une cacophonie de tons. Est-ce que l’Église catholique de France appelle ouvertement les fidèles à manifester ? C’est un devoir pour l’un, non pour l’autre, rectification de l’un. Les fidèles attendaient une position claire. Ils guettent, à l’affût d’un moindre mot. Ça y est enfin, Mgr Georges Colomb, évêque de Saintes et de La Rochelle appelle à manifester ! Nous avons vérifié, ce n’est pas exact. Ceci dit, sa lettre est belle, digne d’un bon pasteur. L’église aurait dû dire clairement dès le départ qu’elle n’appelait pas à manifester, car une fois de plus on stigmatise les mauvais catholiques, on les culpabilise.

Mais ne soyons pas naïfs. Certaines paroisses sont en ordre de bataille dignes d’une opération commando. Je l’ai très bien vécu au moment du PACS. Et puis le slogan parle de lui-même. « Marchons enfants » qui fait allusion à « Allons enfants »... de la patrie... le jour de gloire est arrivé. Cathos-Patrie-Jour de Gloire. Sans commentaire.

 

Notre Seigneur Jésus est aussi du côté de ceux qui font ce qu’ils peuvent dans la vie, ceux qui rament au quotidien. Il va continuellement vers ceux qui n’y arrivent pas... il est toujours près d’eux... il ne rejette personne... même pas l’étranger.

Mes frères et sœurs catholiques fidèles sont libres bien sûr d’organiser cette manifestation en affrétant des cars venus de toute la France. Peuvent-ils faire la même chose pour la journée des personnes pauvres ou pour soutenir nos agriculteurs où l’on dénombre chaque année des centaines de morts ? Et le dossier des migrants ?

Sur les réseaux sociaux la voix d’un prélat, Mgr de Synety me semble bien seul. Mais ça, c’est une autre histoire.

Gabriel Rey, catholique insignifiant et tiède.

© ExEcclesia – Tous droits réservés 2018-2024