Le Carême

un temps fort pour tous les chrétiens

Le carême est un temps fort pour les chrétiens du monde entier... Un temps de jeûne, de prière et de pénitence. Un temps où l'on se pose, où notre esprit, très manipulé par les agitations de notre temps, pourra s'offrir un ralentissement... sur nos désirs, sur nos consommations et sur nos besoins. Toutes ces publicités (commerciales et politiques) qui nous persuadent à longueur de temps, ce qui est bien pour nous, ce qu'il nous faut absolument et vantent toutes  les efficacités indispensables pour le bien-être de tous.

Nous nous apercevons hélas que nous vivons dans une société mondialisée qui met de côté les plus fragiles et nous pousse souvent à l'indifférence. Il y a ceux qui ont tout en abondance et ceux qui sont dans l'indigence. La mondialisation augmente l'abondance et développe de plus en plus des indigents.

Difficile d'apaiser notre esprit dans un pareil décor. Le temps du Carême c'est d'être attentif d'abord à soi car nous le répétons sans cesse, pour être attentif aux autres, envers les nôtres, il faut d'abord être attentif à soi. C'est une erreur de penser que notre Seigneur Jésus est allé  au désert uniquement pour subir des tentations. Notre Seigneur est allé au désert pour lui, pour intérioriser sa mission avant de l'entreprendre. Il était seul au désert, il était en méditation et en prière. Il n'avait pas encore choisi ses apôtres, il n'avait pas commencé ses prédications, ses enseignements et ses guérisons. Il voulait tout simplement être en relation avec son Père. Et c'est au bout de ces quarante jours qu'il fut tenté. Dans l’Évangile on ne mentionne pas l'aspect physique du diable. C'est peut-être une voix. Quoi qu'il en soit, au bout de ces quarante jours, notre Seigneur est mis face à un monde qui n'a pas changé deux mille ans après.

Nous ne sommes pas à l'abri, encore hélas ! des épreuves de la vie. Beaucoup ont des difficultés à avancer et à s'en sortir. Le carême n'est pas une pénitence où il faudrait expier nos fautes par des sacrifices supplémentaires, des mortifications ou de grandes austérités qui perturbent encore plus notre esprit.

Non ! le carême, c'est justement de prendre du temps pour soi, rien que pour soi. Comme notre Seigneur Jésus.

Le carême ne se réduit pas non plus à donner aux pauvres ou aux associations les piécettes que nous avons économisées de nos superflus... et en être débarrassé une bonne fois pour toutes de ce que l'on appelle « l'aumône » et ce, jusqu'au prochain carême.

Dans cette mondialisation, telle qu'on la connait aujourd'hui, dans tous les défis à surmonter... Et Dieu sait qu'il y en a, nous passons le plus clair de notre temps à régler de pénibles situations et à dérégler notre bien-être et notre paix intérieure.

Nous catholiques, retirés de l'Église-institution, nous pratiquons la méditation de pleine conscience pour soutenir notre paix intérieure qui nous ouvre au jeûne et à la prière. Notre jeûne ne pourra jamais être efficace si nous avons un esprit troublé.

Vivre le temps présent. Vivre chaque instant. Le carême n'est pas justement de penser chaque jour à Pâques... en disant vivement que ça se termine. Ce n'est non plus pas une course aux étapes... à brûler les étapes, mais de vivre pleinement chaque jour ce temps présent qui nous amènera calmement dans la joie de ce jour de grâce qu'est la résurrection de notre Seigneur Jésus.

Vivre ce temps présent pour intérioriser pleinement la parole de Dieu, cette Bonne Nouvelle de Notre Seigneur. Si nous vivons pleinement ce temps présent dans l'amour porté envers les autres... Tout le reste nous sera donné en surcroît, dit notre Seigneur en Matthieu 6, 35.

La méditation de pleine conscience nous ouvre un espace, un champ spirituel où la prière est plus accessible et plus sereine. Elle rend notre jeûne plus harmonieux et moins âpre, comme certains l'imaginent. Elle renforce notre relation avec Dieu, notre Père et avec notre Seigneur Jésus. Le jeûne est un acte d'amour qui va à l'encontre de notre Seigneur et naturellement se tourne vers les autres.

C'est pour cela que le carême est un temps pour soi où notre esprit chaque jour est comblé par la présence de notre Seigneur Jésus. La méditation de pleine conscience apportera de la tranquillité à notre jeûne... C'est incontestable. Le jeûne nous donnera en abondance tous les bienfaits dans notre corps et dans notre esprit, il abreuvera tous nos sols arides, notre être désolé et desséché... Ce qui jaillira, c'est le Christ ressuscité ! venu pour sauver notre humanité. Notre Seigneur Jésus est la source de miséricorde de Dieu, notre Père. Dans le secret de notre jeûne, de notre méditation et notre prière, notre Seigneur pose un regard d'amour sur tous... même ceux qui se sont éloignés de l'Église-institution. L'amour de notre Seigneur, la miséricorde de Dieu notre Père est plus immense que la morale venant des hommes.

Bon Carême à tous.

© ExEcclesia – Tous droits réservés 2018-2024