Handicap sensoriel

Le handicap sensoriel résulte de l'atteinte d'un ou plusieurs sens. Il se caractérise majoritairement par des incapacités issues d'une déficience auditive et visuelle. Ce type de handicap amène entre autre des difficultés dans la communication. Beaucoup de ceux qui souffrent d'une déficience auditive se sentent exclus, d'une conservation entre amis, entre famille et souvent moqués. C'est parfois terrible de ne pas pouvoir participer à une simple discussion. La personne en situation de handicap sensoriel devra développer d'autres moyens de communication et de prise d'information. Par exemple la langue des signes, la lecture labiale pour les déficients auditifs ou le braille pour les déficients visuels. Ces handicaps comme beaucoup d'ailleurs rencontreront des obstacles liés à la culture. Pour la surdité seuls les films en VOST pourront être vus. Les film français ne le pourront jamais à leur sortie sauf en DVD les bibliothèques très restreintes pour les déficients  visuels.  

La déficience visuelle 

C'est l'effet de ne plus percevoir les points lumineux de son environnement. Il y a plusieurs façons de mal voir. Le domaine est très complexe. Il existe deux critères. Le premier dont les personnes sont atteintes de cécité, elles possèdent une vision binoculaire corrigée inférieure ou égale à 1/20. Nous parlons donc de personnes aveugles.

Le deuxième critère concerne sont les personnes malvoyantes (atteintes d'amblyopie), dont l'acuité visuelle du meilleur œil après correction est comprise entre 4/10 et 1/10. Ce handicap se répercute d'abord sur les activités mettant en jeu la vision centrale (lecture, écriture, reconnaissance des visages, manipulation d'objets) et sur les déplacements surtout dans les environnements inconnus. Les déficiences visuelles réduisent l'autonomie dans la vie quotidienne. Les femmes atteintes déclarent plus fréquemment des incapacités sévères que les hommes, pour la plupart des activités de la vie quotidienne. La fréquence augment avec le degré de sévérité de la déficience visuelle, mais de façon plus ou moins marquée selon les domaines d'activité. Le cumul des déficiences associées majore également les incapacités sévères de la vie quotidienne. 

La déficience auditive (surdité)

La déficience auditive plus ou moins importante peut être provoquée par des maladies avant et après la naissance. C'est la cas de la méningite, de la toxoplasmose, des oreillons et de certains virus. Une jaunisse grave pendant la période néonatale peut léser le nerf auditif chez un nouveau-né. D'autres déficiences auditives sont héréditaires ou génétiques. Quelqu'un de la famille est malentendant ou les deux parents portent un gène de la surdité. Une surdité peut aussi être acquise au cours de la vie à cause d'une pathologie (traumatisme acoustique, infection, intoxication). Face à une prédisposition génétique, nous ne sommes pas tous égaux devant une infection ou un traumatisme. Il existe très fréquemment dans une surdité, une malformation ou des lésions de l'oreille qui empêchent certains sons de traverser l'oreille suite par exemple à un traumatisme crânien ou une blessure à l'oreille. Ou tout simplement lors d'une exposition récréative à des sons de forte intensité comme des appareils portables à des volumes élevés, la fréquentation régulière de concerts, des boites de nuit, de bar et des événements sportifs. Et cette transition nous amène au vieillissement naturel qui est une surdité normale. Elle s’accélère à cause de toutes les pathologies au cours des années. Et toutes ces expositions excessives aux sons trop intenses et traumatiques peuvent entraîner une presbyacousie précoce. On peut avoir à 40 ou 50 ans des oreilles de 90 ans.

© ExEcclesia – Tous droits réservés 2018-2024