COMMENTAIRE

DE L'ÉVANGILE DU DIMANCHE

Beaucoup connaissent bien ce passage que l’on nomme à tort « La multiplication des pains ». Le symbole philosophique est fort. Il est dit qu’avec cinq pains, tous mangèrent à leur faim. Et l’on ramassa le surplus pour en remplir douze paniers.

Cette foule impressionna notre Seigneur Jésus. Il est même dit dans le texte que notre Seigneur fut ému, remué aux entrailles (selon le grec).

Devant notre Seigneur... cinq mille hommes sans compter les femmes et les enfants. L’endroit est désertique… Pas de village aux alentours. Ce peuple n’a visiblement pas de craintes… Le jour tombe, la pénombre fait son apparition. Que faire ?

La question vient surement des apôtres. La réalité est là, préoccupante selon eux… Il faut dire que notre Seigneur Jésus attire de plus en plus les foules. Quand notre Seigneur Jésus partit en barque suite à l’annonce terrible qu’on lui a apporté, son cousin Jean le Baptiste venait d’être exécuté par le roi Hérode, il voulait peut-être prendre un moment de repos, de recul. Il ne se doutait pas qu’une foule allait sortir des villes pour le suivre à pied… Et pourtant !

Notre Seigneur (au verset 16) se veut toujours méthodique dans son enseignement. Il nous pose toujours une question… Comment allons-nous y répondre, comment allons-nous nous y prendre.

Comme pour les noces de Cana. Les serviteurs avaient reçu un message de Marie, la mère de notre Seigneur. « Faites ce qu’il vous dira ! ». Les disciples se souviennent peut-être de cela. Notre Seigneur dit au verset 15 : « Donnez-leur vous-même à manger ». Les disciples annoncent leur inventaire, cinq pains et deux poissons, c’est-à-dire pas grand-chose. Mais ils savaient très bien qu’il allait se passer quelque chose de merveilleux. Ils obéissent. Faites ce qu’il vous dira résonne dans leur tête.

Notre Seigneur Jésus ordonna aux gens de s’asseoir. Non pas par autorité, mais pour les rassurer. Leur offrir encore du temps pour qu’ils puissent rester encore un moment avec lui. Qu’ils se détendent, qu’ils restent au calme.

Notre Seigneur regarde vers le ciel. Dans la prière, dans notre méditation, nous devons toujours utiliser des gestes extérieurs qui nous servent à exprimer notre disposition intérieure et les affectations saintes de notre cœur et de notre âme.

Il bénit son Père, notre Père, il le remercie et lui demande sa bénédiction. Cette nourriture qui est désormais dans les mains de notre Seigneur Jésus. Recevant la bénédiction de Dieu, elle devient inépuisable.

La foule mange à sa faim. Encore aujourd’hui notre Seigneur comble notre foi de manière vitale.

En ce dimanche, prends conscience que notre Seigneur Jésus est toujours là à tes côtés pour t’écouter. Il ne peut pas refuser le soulagement à ceux qui espèrent en lui. Il sera toujours auprès de ceux que l’on manipule, ceux qui souffrent, ceux que l’on méprise, ceux que l’on persécute…

Cette foule, tout un peuple dont tu fais partie veut l’écouter. Voici le sens profond de ta foi. Écoute chaque jour la Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus chez toi dans ta sphère privée… Cette parole de Dieu animera tes journées et tous les instants de ta vie.

Un catholique Execclesia.

© ExEcclesia – Tous droits réservés 2018-2024