Évangile du dimanche 17 janvier 2021

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus selon l'évangéliste Jean 1, 35-42

35 Jean le Baptiste se trouvait de nouveau là avec deux de ses disciples.

36 Ils regardèrent notre Seigneur Jésus marchant près d’eux. Jean leur dit : « Voici l’Agneau de Dieu. »

37 Les deux disciples entendirent cette parole, ils suivirent notre Seigneur Jésus.

38 Il se retourna, regardait qu’ils le suivaient, il leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi (ce qui signifie Maître) où demeures-tu ? »

39 Notre Seigneur Jésus répondit : « Venez et vous verrez. » Ils allèrent donc avec lui et ils virent où il demeurait. Ils décidèrent ce jour-là de demeurer avec lui. Ce fut la dixième heure de ce jour.

40 André, le frère de Simon-Pierre était l’un des deux disciples ayant écouté les paroles de Jean et avait suivi notre Seigneur Jésus.

41 Il trouve alors son propre frère Simon. Il lui dit : « Nous avons trouvé le Messie (ce qui se traduit par Christ ».

42 Il le conduisit vers notre Seigneur Jésus. Fixant son regard sur lui, notre Seigneur lui dit : « Tu seras appelé Képhas (Ce qui se traduit par Pierre).

© EXECCLESIA - Traduction de Gabriel Rey

Méditation

C’est le début de la vie publique de notre Seigneur Jésus. Il s’approche de Jean le Baptiste, son cousin qui est avec deux disciples : André et probablement Jean l’auteur de cet évangile. Jean le baptiste dit à ses disciples que dorénavant il faudra suivre notre Seigneur Jésus qu’il nomme « L’Agneau de Dieu ».

À partir de cet instant, c’est une multitude d’hommes et de femmes qui vont suivre notre Seigneur Jésus, l’Agneau de Dieu. Et nous en faisons partie même si nous sommes éloignés de l’Église.

Chaque jour, nous recherchons la demeure de notre Seigneur Jésus. Le verset 39 est précis dans la traduction. On cherche sa demeure pour demeurer avec lui. Voilà notre plus grande communion… Et la prière de notre Seigneur au chapitre 17 de ce même évangéliste en donne tout le sens.

L’Apôtre André est le premier à manifester sa joie non seulement pour la faire partager à son frère Simon et surement à bien d’autres, mais pour l’inviter à venir rencontrer le « Messie » (Mashia’h en Hébreu, Meshi’ha en araméen). Le mot grec « Christ » vient de cristos qui signifie l’oint.

C’est une excellente nouvelle qui va changer notre monde. De ce passage, on peut dire que André fut le premier évangélisateur.

Au verset 42 le mot grec est plus traduit par « Fixant son regard » plutôt que « regardé ».

Fixer un regard, c’est de se tenir devant quelqu’un de façon durable, le garder dans son esprit et pour notre Seigneur Jésus, le garder dans son amour.

Jésus en s’adressant à Simon, emploie le futur « Tu seras Képhas » en hébreu cela veut dire « Le roc » dans le sens de masse rocheuse qui voudra signifier la solidité de l’Évangélisation à travers le monde, mais aussi de l’Église. Malheureusement les hommes transformeront cette masse rocheuse en un pourvoir souvent implacable.

Oui notre Seigneur Jésus est l’Agneau de Dieu. Jean le Baptiste est un prophète, ne l’oublions pas. Il annonce ce Messie qui donnera sa vie pour nous sauver et purifier notre âme. Cela doit nous accompagner à chaque instant de notre vie. Il faut demeurer uniquement en notre Seigneur Jésus. Notre vie se poursuit parfois dans la joie, parfois dans la douleur. Mais soyons-en sûr, notre Seigneur Jésus se retournera toujours pour relever celui qui souffre et fixer son regard pour lui assurer son amour.

Méditons ce texte ce dimanche chez nous ou en pleine nature et qu’il nous accompagne toute cette semaine.

© ExEcclesia – Tous droits réservés 2018-2024