Logo_AER.jpg
Collectif indépendant des victimes des abus sexuels dans l'Eglise de France

MENU

Présentation

EXE_12130_enfants_solidarité_.jpg

Le collectif a été créé par l’association « Espérance-Résilience » et le courant « Execclesia » qui a pour objectif de réunir les victimes des abus sexuels dans l’Église catholique de France, et de se préparer à la réception du rapport de la CIASE (Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Église) qui aura lieu dans le courant du mois d’octobre 2021.

Les actions du « Collectif Espérance-Résilience » :

  1. Réunir toutes les victimes dans un collectif indépendant pour qu’elles se soutiennent les unes, les autres.

  2. Être une force de propositions concernant les réparations financières sachant que beaucoup de victimes sont dans une lourde précarisation, qu’elles n’ont jamais rien pu construire avec de lourds dégâts psychologiques. 

  3. Se porter partie civile dans toutes les situations difficiles.

  4. Mener des actions sur l’accueil et l’écoute, sur la prévention et les orientations sans oublier les conseils juridiques.

RAPPEL DES FAITS

À la fin du XX° siècle, les révélations des abus sexuels dans l’Église catholique ont fait surgir le plus grand scandale jamais connu de cette institution en son propre sein. Beaucoup d’exactions furent dénoncées pendant des siècles et beaucoup ont cessé sauf les violences sexuelles. Le pouvoir ecclésiastique a non seulement fermé les yeux, mais n’a jamais dénoncé à la justice des hommes ces horribles crimes et a tout fait pour étouffer la parole des victimes par des menaces et des représailles spirituelles. C’était une réalité.

Le commencement

C’est en 2002 où tout a réellement commencé dans l’archidiocèse de Boston (Massachussetts USA) où près de quatre-vingt prêtres ont abusé des enfants de leur paroisse. Cette révélation du journal du « Boston Globe » a provoqué l’effet d’une bombe dans l’Église catholique. Puis se sont succédé des révélations en cascade, dans l’état de l’Illinois, de Pennsylvanie puis au Canada, en Irlande et en Australie et cette déferlante a rapidement couvert le monde entier.

Les affaires dites « Preynat et Barbarin »

Pour la France, il aura fallu attendre le cas du diocèse de Lyon en 2015-2016 amenant le Cardinal Philippe Barbarin et Bernard Preynat (prêtre) devant les assises.

C’est grâce à l’association de « La Parole libérée » que le scandale fut révélé au grand jour, qui a ébranlé l’Épiscopat français et scandalisé l’opinion publique. Ce fut un bras de fer tenace pour cette association pour démontrer devant la justice des hommes que le cardinal Barbarin était bien au courant depuis 2005 du passé de ce prêtre et qu’il avait maintenu comme prêtre d'une paroisse  jusqu’en 2016. Le procès de Bernard Preynat a révélé qu'il  avait abusé plus de trois-mille enfants. Effrayant silence.

Scandale des abus sexuels auprès des femmes laïques ou religieuse même des hommes !

TW29.jpg

En parallèle de cette période, un autre scandale fut révélé. L’abus sexuel de prêtres envers des femmes, des religieuses et même des hommes. C’est sous une emprise spirituelle avec une justification mystique que ces prêtres abusaient de leurs victimes.

 

Les plus grands prédateurs sexuels du palmarès sont les frères « Philippe » Thomas et Marie-Dominique. Tous deux religieux dominicains et prêtres. L’un fut l’initiateur des communautés de l’Arche en 1964 qui soit dit en passant fut déjà condamné à l’intérieur de l’Église sur les abus sexuels qu’il avait fait subir à des femmes dans les années 1950 et qu’il fut même interdit par un procès canonique, d’exercer un ministère. L’Église n’a rien fait quand il s’installa dans  la communauté de l’Arche et qu’il fut le directeur spirituel de Jean Vanier, grande figure de l’Église dans le monde, fondateur des communautés de l’Arche au service des personnes handicapées.

L’autre frère, fondateur des communautés de « Saint-Jean » abusera pendant tout son ministère de femmes vulnérables avec le même mode opératoire, l’emprise spirituelle par une justification mystique.

 

Puis sont venus s’ajouter à cette liste non exhaustive : André Marie Van Der Borght, prêtre et fondateur du Foyer de Charité de Tressaint, Michel Tierny, prêtre, fondateur du Foyer de charité de Courset et Georges Finet, cofondateur des Foyers de Charité proche de Marthe Robin et Jacques Marin prêtre de la mission de France, détaché à la communauté des béatitudes.

Un véritable raz de marée

Déstabilisation de l’Église catholique de France à tel point qu’en 2018, une commission indépendante a été mise en place par la Conférence des Évêques de France pour auditionner toutes les victimes de prêtres. Cette commission (CIASE) fut confiée à monsieur Jean-Marc Sauvé  qui fut entre autre vice-président du conseil d'état, avocat général à la cour de justice et président de la fondation des apprentis d'Auteuil. 

En toute indépendance, sans que l'Eglise intervienne, la commission a auditionné des milliers de victimes et rendra son rapport en octobre 2021.

Dernier coup de massue pour l'Eglise de France

En février 2020, l’affaire « Jean Vanier » éclate. Elle a ébranlé l’Église mondiale. Fondateur des communautés de l’Arche, cofondateur des communautés « Foi et Lumière. Ce laïc décédé neuf mois plus tôt, grande figure de l’Église catholique, apprécié non seulement de toutes les églises chrétiennes, mais aussi d’autres religions, il est dévoilé que lui aussi, ce proche de Thomas Philippe, son directeur spirituel et prédateur sexuel, d’avoir abusé sexuellement de six femmes, en utilisant lui aussi une emprise spirituelle par des justifications mystiques. 

LE RAPPORT DE LA CIASE SERA REMIS EN OCTOBRE 2021

Une fois que la commission aura rendu son rapport, elle n’aura plus aucun pouvoir pour défendre les victimes. La suite sera entre les mains des Evêque de France. C’est pourquoi que le « Collectif Espérance Résilience » se prépare à la réception de ce rapport pour qu'il ne tombe pas dans les oubliettes et pour aider les victimes à poursuivre le combat.

Vous pouvez nous rejoindre en adhérant gratuitement à ce collectif.

Caroline Pierrot

Présidente de l'Association « Espérance-Résilience »

Didier Ferriot

Coordinateur du « Collectif des victimes des abus sexuels dans l'Eglise »

Contact Presse : 07-56-94-06-87