fishes and loaves mosaic of Tabgha.jpg

12 MARS 2022

Samedi de la 1ère semaine de Carême

120002_edited_edited.jpg

Bonne nouvelle de notre Seigneur Jésus en Matthieu 5, 43-48

Notre Seigneur Jésus disait à ses disciples : « Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien ! moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »

© Source AELF

Message de notre courant

Les enseignements de notre Seigneur Jésus sont à la fois simples et compliqués surtout quand on doit les mettre en pratique. Les intentions de notre Seigneur ont du mal à pénétrer notre esprit. Nos actes subis au quotidien ou par le passé peuvent se transformer en rancune voire en vengeance.
Aimer ou détester son ennemi a été souvent un débat entre force et faiblesse, dureté et mollesse, et nous en passons. Pour notre Seigneur Jésus, l’amour ne doit avoir aucune barrière. Dans les injustices et nos révoltes, l’amour dans le pardon est une chose difficile surtout lorsque l’on a reçu de terribles violences insurmontables.

Aimer ses ennemis cela veut dire que l’on doit éviter à tout prix d’entrer dans une rancune qui peut se transformer en haine et nous entraîne à la destruction. Le premier chrétien, disciple de notre Seigneur Jésus à avoir appliqué cet enseignement, celui qui fut nommé premier martyr est incontestablement « Etienne » qui au moment de sa mort par lapidation à prononcer ces mots très forts : « Seigneur, ne leur compte pas ce péché ». (Actes 7, 60)

Comme il est très bien expliqué, c’est seulement Dieu notre Père qui nous envoie sa bénédiction, à tous les hommes, comme un Père aimant qui ne peut pas évidemment châtier ses enfants. Pas question de châtier également ceux qui nous ont fait du mal au nom de Dieu. Aimer ceux qui vous aiment est très facile. C’est la même chose pour la salutation. Saluer et dire bonjour est très facile et pourtant…
Dieu notre Père a envoyé son Fils unique pour sauver notre humanité de la violence et de la haine. Ce n’est pas gagné certes, mais on doit y contribuer le mieux que l’on peut et surtout sans basculement cela va de soi. Le commandement nouveau que notre Seigneur Jésus nous apporte en Jean 13 doit nous imprégner chaque jour : « Aimez-vous les uns, les autres. » Même si la perfection n’existe pas selon ce que l’on entend, heureux l’homme qui la tente.

Le témoignage d’un père de deux victimes d’un attentat disait « Quand on a subi une atrocité comme celle d’un attentat où deux proches sont décédées violemment, pour moi, le pardon ne n’appartient plus. Il appartient à Dieu. A ce niveau, c’est l’affaire de Dieu. Le pardon, je l’offre à Dieu. En revanche, pour survivre, je travaille à ne plus avoir de la haine. »

L’amour doit être élevé dans ce monde. « Je ne suis pas parfaite, nous dit Sylvie, mais j’essaye d’aimer. Je me suis retiré de l’Église, car au sein de ma communauté paroissiale, tout est hiérarchisé et automatiquement il se développe des convoitises et des jalousies. Certains veulent atteindre la meilleure place pastorale dans la communauté. Un laïc frère voulait ma place, je suis devenue son ennemie… Je lui ai laissé avant qu’il me fasse trop de mal, mais c'était dur à encaisser. »

Même si nous avons pris nos distances envers l’Église et des institutions, l’Evangile reste au cœur de notre vie. AMEN