fishes and loaves mosaic of Tabgha.jpg

13 AVRIL 2022

Mercredi saint

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Matthieu 26, 14-25

Judas Iscariote, l’un des douze apôtres se rendit chez les grands prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui remirent trente pièces d’argent. Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable pour livrer notre Seigneur Jésus. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à notre Seigneur Jésus : « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? » le Seigneur leur dit : « Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : “Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.” » Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer. » Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour : « Serait-ce moi, Seigneur ? » Prenant la parole, le Seigneur dit : « Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! » Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Notre Seigneur Jésus lui répondit : « C’est toi-même qui l’as dit ! »

© Source AELF

Message de notre courant

Nous approchons de Pâque. Nous approchons du dernier repas de notre Seigneur Jésus avec ses disciples. Notre Seigneur Jésus veut fêter la Pâque avec ses disciples. Dans la tradition juive, notre Seigneur Jésus participa au Seder de Pessah (l’ordre de la Pâque). Ce repas se fait en famille.
Pour ce repas, une famille juive met des ingrédients comme la Matzot (Pain azyme, pain sans levain) et huit autres choses. Le livre de la liturgie (du déroulement) s’appelle la « Haggada de Pessah » où sont récitées les acclamations, les louanges et les prières. Pour cette célébration, on aura besoin aussi de quatre coupes de vin.

Les choses sont claires, notre Seigneur Jésus a bien célébré le « seder » (prononciation : sédère)
L’Église catholique a retenu le moment où on élève le pain et une coupe de vin. Notre Église catholique affirme que notre Seigneur le soir de la cène (souper en latin) a institué l’eucharistie… notre réflexion doit être libre… mais nul ne peut contredire que sur la table, il n’y avait pas seulement du pain sans levain et une coupe de vin.

Le passage de l’Évangile de ce jour nous montre l’organisation (l’ordre) et le début de la célébration de la Pâque où le Seigneur annonce sa mort. « L’un de vous va me livrer ». Curieusement chacun leur tour dit : « Est-ce moi ? » Cela nous a peut-être échappé, mais la réaction est surprenante.

Bien sûr, à part Judas, la trahison n’est pas entrée dans leur cœur. Mais en toute humilité, ils pouvaient le penser pour la bonne et simple raison, c’est qu’ils étaient tous inquiets dans la crainte et l’incertitude. « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » a dit un jour notre Seigneur à Simon-Pierre. La peur et la crainte ne les abandonneront pas par leur fuite au moment du chemin de croix sauf l’apôtre Jean.
Même si nous avons pris nos distances envers l’Église, nous méditons ce moment important de l’approche de la mort de notre Seigneur Jésus. AMEN