15 JUILLET 2022

Vendredi de la 15ème semaine du Temps Ordinaire

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Matthieu 12, 1-8

En ce temps-là, un jour de sabbat, notre Seigneur Jésus vint à passer à travers les champs de blé, ; ses disciples eurent faim et ils se mirent à arracher des épis et à les manger. Voyant cela, les pharisiens lui dirent : « Voilà que tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du sabbat ! » Mais il leur dit : « N’avez-vous pas lu ce que fit David, quand il eut faim, lui et ceux qui l’accompagnaient ? Il entra dans la maison de Dieu, et ils mangèrent les pains de l’offrande ; or, ni lui ni les autres n’avaient le droit d’en manger, mais seulement les prêtres. Ou bien encore, n’avez-vous pas lu dans la Loi que le jour du sabbat, les prêtres, dans le Temple, manquent au repos du sabbat sans commettre de faute ? Or, je vous le dis : il y a ici plus grand que le Temple. Si vous aviez compris ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice, vous n’auriez pas condamné ceux qui n’ont pas commis de faute. En effet, le Fils de l’homme est maître du sabbat. »

© Source AELF

Message

Les autorités religieuses de l’époque soulignent bien ici ce qui était interdit le jour du sabbat.

Quand les disciples du Seigneur affamés (le contexte) traversaient les champs un jour du Sabbat, ils se mirent à cueillir des épis de blé et à les manger. Ce qui était un blasphème. Ce n’était pas du vol, car le grain n’était pas clôturé. Les agriculteurs étaient encouragés selon le livre du lévitique (19, 9-10) à laisser quelques grains sur le bord pour les pauvres.

Notre Seigneur Jésus ne rejette pas loin de là le sabbat. Il prend soin de garder les coutumes de son peuple. Pour contrer les pharisiens, notre Seigneur cite un épisode du roi David en soulignant que les prêtres en devoir du temple pouvaient faire ce qui était interdit.

Notre Seigneur ne pouvait pas approuver l’interprétation stricte du sabbat des pharisiens. Car si Dieu veut la miséricorde et pas le sacrifice, alors le jour du sabbat est mieux célébré en affirmant la vie qu’en enfermant les gens. En effet, la fonction du Sabbat est de célébrer la vie.

Même si nous avons pris nos distances envers l’Église, la Parole de notre Seigneur Jésus nous aide à discerner ce qui est vraiment important et ce qui l’est moins. La condamnation du blasphème a été rédigée par les hommes… et surtout la sentence sur la vie. On l’a bien vu dans l’histoire de l’Église. Cela fort heureusement n’existe plus dans le christianisme. Cependant, il existe toujours un bannissement dans les communautés et dans les instructions si on ne suit pas une ligne bien définie.

Oui, nous affirmons que nous pouvons avoir une vie chrétienne bonne et harmonieuse dans notre sphère privée, retirés de la communauté et des institutions.

Que Dieu nous bénisse et nous garde dans la paix tout le long de ce jour.