fishes and loaves mosaic of Tabgha.jpg

23 JANVIER 2022

3ème dimanche du Temps Ordinaire — Année C

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Luc 1, 4. 4, 14-21

Beaucoup ont entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui, dès le commencement, furent témoins oculaires et serviteurs de la Parole. C’est pourquoi j’ai décidé, moi aussi, après avoir recueilli avec précision des informations concernant tout ce qui s’est passé depuis le début, d’écrire pour toi, excellent Théophile, un exposé suivi, afin que tu te rendes bien compte de la solidité des enseignements que tu as entendus. Lorsque Jésus, dans la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues, et tout le monde faisait son éloge. Il vint à Nazareth, où il avait été élevé. Selon son habitude, il entra dans la synagogue le jour du sabbat, et il se leva pour faire la lecture. On lui remit le livre du prophète Isaïe. Il ouvrit le livre et trouva le passage où il est écrit : L’Esprit du Seigneur est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé porter la Bonne Nouvelle aux pauvres, annoncer aux captifs leur libération, et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue, remettre en liberté les opprimés, annoncer une année favorable accordée par le Seigneur. Jésus referma le livre, le rendit au servant et s’assit. Tous, dans la synagogue, avaient les yeux fixés sur lui. Alors il se mit à leur dire : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. »


© Source AELF

Message des catholiques Execclesia

Le début de ce passage, c’est l’évangéliste Luc qui s’adresse à un certain Théophile. Luc se désigne comme un témoin oculaire comme nous le sommes aujourd’hui.

L’Evangile, cette Parole de Dieu, nous pouvons lire chez nous, dans notre sphère privée. Aujourd’hui, nous pouvons avoir une Bible chez soi. Chose impensable, il y a à peine 60 ans. De toute façon, elle n’était pas éditée au grand public.

Dans ce passage d’aujourd’hui, notre Seigneur Jésus se trouve dans la Synagogue de son village où il a surement écouté depuis son enfance, à chaque Shabbat, la lecture où il a dû aussi prier.
La réputation de notre Seigneur commençait à voir le jour.

Tous les yeux étaient fixés sur lui, car nous dit le verset 15 : « Il (Jésus) enseignait dans les synagogues et tout le monde faisait son éloge ». Il lit le passage su prophète Isaïe. Il ne le commente pas, il donne une information étonnante et capitale au verset 21 : « Aujourd’hui s’accomplit ce passage de l’Écriture que vous venez d’entendre. »

Rappelons quand même que cette parole est adressée aux pauvres, aux captifs qui seront libres, aux aveugles qui retrouveront la vue et aux opprimés qui seront remis en liberté. C’est une année favorable accordée par le Seigneur. En ce début d’année, cette parole nous interpelle.

Notre Seigneur Jésus se situe dans notre histoire, c’est une nouvelle année qui commence avec lui.
Même si nous avons pris notre distance envers notre Église catholique, l’Évangile doit rester au cœur de notre vie. Nous demandons au Seigneur la grâce que sa Bonne Nouvelle continue de vibrer en nous. Qu’elle soit identifiée en nous. Même si nous n’allons plus à la messe, nous participons aussi au salut du monde.

Notre Seigneur Jésus nous donne son cœur. Un cœur qui accueille les blessés de la vie. Un cœur qui accueille aussi tous ceux qui sont les plus éloignés de l’Église. AMEN…