fishes and loaves mosaic of Tabgha.jpg

28 MARS 2022

Lundi de la 3ème semaine de Carême

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Jean 4, 43-54

Notre Seigneur Jésus partit de là pour la Galilée. Lui-même avait témoigné qu’un prophète n’est pas considéré dans son propre pays. Il arriva donc en Galilée ; les Galiléens lui firent bon accueil, car ils avaient vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem pendant la fête de la Pâque, puisqu’ils étaient allés eux aussi à cette fête. Ainsi donc notre Seigneur Jésus revint à Cana de Galilée, où il avait changé l’eau en vin. Or, il y avait un fonctionnaire royal, dont le fils était malade à Capharnaüm. Ayant appris que notre Seigneur Jésus arrivait de Judée en Galilée, il alla le trouver ; il lui demandait de descendre à Capharnaüm pour guérir son fils qui était mourant. Notre Seigneur lui dit : « Si vous ne voyez pas de signes et de prodiges, vous ne croirez donc pas ! » Le fonctionnaire royal lui dit : « Seigneur, descends, avant que mon enfant ne meure ! » Notre Seigneur Jésus lui répond : « Va, ton fils est vivant. » L’homme crut à la parole que Jésus lui avait dite et il partit. Pendant qu’il descendait, ses serviteurs arrivèrent à sa rencontre et lui dirent que son enfant était vivant. Il voulut savoir à quelle heure il s’était trouvé mieux. Ils lui dirent : « C’est hier, à la septième heure, (au début de l’après-midi), que la fièvre l’a quitté. » Le père se rendit compte que c’était justement l’heure où notre Seigneur Jésus lui avait dit : « Ton fils est vivant. » Alors il crut, lui, ainsi que tous les gens de sa maison. Tel fut le second signe que notre Seigneur accomplit lorsqu’il revint de Judée en Galilée.

© Source AELF

Message de notre courant

Notre Seigneur Jésus revint en Galilée où il fut d’ailleurs bien accueilli, car visiblement quelques témoins ont vu tout ce qu’il avait fait à Jérusalem pendant la Pâque (Verset 45). Un ‘‘fonctionnaire royal’’ plus exactement en grec ‘’ Officier royal’’ vient trouver notre Seigneur. Lui aussi a fait un long voyage pour demander au Seigneur de guérir son fils qui est en train de mourir. Notre Seigneur répond de façon étrange par rapport aux noces de Cana où il transforma de l’eau en vin : « Si vous ne voyez pas de signes et de prodiges, vous ne croirez pas ! ».

Le statut « royal » de cet officier aurait pu envoyer des serviteurs pour aller chercher notre Seigneur. Non, il vient lui-même supplier Jésus. Notre Seigneur Jésus a été touché par sa démarche de foi. Notre Seigneur connaît parfaitement bien la profondeur de sa détresse, sa confiance absolue c’est-à-dire sa foi et sa détermination. Cet officier royal connaissait la renommée du Seigneur Jésus, de tout ce qu’il avait accompli jusqu’à présent. Il supplie le Seigneur, car il y a urgence. La route est longue. Notre Seigneur répond clairement et sans détour : « Va, ton fils est vivant ». Notre Seigneur connaissant la détresse et la conviction de ce père en grand désarroi, aussitôt sans hésitation il dit que l’enfant est guéri. Aussitôt sans hésitation, l’« Officier Royal » crût. La compassion et l’amour, la détermination et la foi se rencontrent toujours dans une communion instantanée.

Même si nous avons pris nos distances envers l’Église, notre Seigneur Jésus écoute nos supplications. Qui pourrait dire le contraire ? Même retirés de la communauté, nous prions et méditons d’une manière ou d’une autre. Dieu fait-il la différence ? Notre Père nous aime tels que nous sommes.

L’Évangile de ce jour nous précise que l’éloignement n’est pas un obstacle pour le Seigneur. Tout devient possible avec notre Seigneur Jésus. AMEN