fishes and loaves mosaic of Tabgha.jpg

9 AVRIL 2022

Samedi de la 5ème Semaine de Carême

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Jean 11, 45-57

Beaucoup de Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et avaient donc vu ce que notre Seigneur Jésus avait fait, crurent en lui. Mais quelques-uns allèrent trouver les pharisiens pour leur raconter ce qu’il avait fait. Les grands prêtres et les pharisiens réunirent donc le Conseil suprême ; ils disaient : « Qu’allons-nous faire ? Cet homme accomplit un grand nombre de signes. Si nous le laissons faire, tout le monde va croire en lui, et les Romains viendront détruire notre Lieu saint et notre nation. » Alors, l’un d’entre eux, Caïphe, qui était grand prêtre cette année-là, leur dit : « Vous n’y comprenez rien ; vous ne voyez pas quel est votre intérêt : il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple, et que l’ensemble de la nation ne périsse pas. » Ce qu’il disait-là ne venait pas de lui-même ; mais, étant grand prêtre cette année-là, il prophétisa que le Seigneur Jésus allait mourir pour la nation ; et ce n’était pas seulement pour la nation, c’était afin de rassembler dans l’unité les enfants de Dieu dispersés. À partir de ce jour-là, ils décidèrent de le tuer. C’est pourquoi le Seigneur Jésus ne se déplaçait plus ouvertement parmi les Juifs ; il partit pour la région proche du désert, dans la ville d’Éphraïm où il séjourna avec ses disciples. Or, la Pâque juive était proche, et beaucoup montèrent de la campagne à Jérusalem pour se purifier avant la Pâque. Ils cherchaient notre Seigneur Jésus et, dans le Temple, ils se disaient entre eux : « Qu’en pensez-vous ? Il ne viendra sûrement pas à la fête ! » Les grands prêtres et les pharisiens avaient donné des ordres : quiconque saurait où il était devait le dénoncer, pour qu’on puisse l’arrêter.

© Source AELF

Message de GABRIEL

La Passion de notre Seigneur Jésus est pour demain (dimanche des Rameaux).

Dans le texte de ce jour, il est tant pour les autorités religieuses de l’époque d’en finir avec notre Seigneur Jésus. Il faut absolument l’arrêter et le tuer. C’est dit… le processus est lancé. Nous connaitrons cela en lisant demain la Parole de Dieu.

La Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus dérangeait. Aujourd’hui, elle ne dérange plus, car elle n’est plus lue. Notre Seigneur Jésus a été envoyé pour le salut du monde, pour sauver les hommes et les femmes au-delà du peuple juif. Sa prophétie pouvait déranger l’occupant romain qui aurait eu surement des répercussions sur le peuple juif. La politique et la religion sont des relations sulfureuses, perverses et scabreuses. L’histoire de l’Église catholique regorge d’exemples effroyables.

Dans notre monde brutal, le royaume de Dieu où le Seigneur Jésus nous y attend n’est pas la préoccupation principale des hommes et des femmes. Cependant, nous remarquons que beaucoup de nos concitoyens sont en recherche spirituelle, ils essayent de découvrir un sens à leur vie dans une profondeur intérieure et pas forcément dans la religion chrétienne. La parole de notre Seigneur Jésus est aujourd’hui occultée, écartée même bannie à cause d’un pouvoir ecclésiastique qui dans sa grande majorité ordonnait le bannissement (l’excommunication) même ma mort pour ceux qui oseraient se l’ouvrir et dire tout simplement leur avis.

Même si nous avons pris nos distances envers l’église, nous préparons dans notre sphère privée la Pâque de notre Seigneur Jésus dans la gravité de sa mort et dans la joie de sa résurrection. AMEN !