Evangile du dimanche 18 juillet 2021

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Marc 6, 30-34

Les Apôtres se réunirent auprès de notre Seigneur Jésus, et lui annoncèrent tout ce qu’ils avaient fait et enseigné. Notre Seigneur leur dit : « Venez à l’écart dans un endroit désert, et reposez-vous un peu. » De fait, ceux qui arrivaient et ceux qui partaient étaient nombreux, et l’on n’avait même pas le temps de manger. Alors, ils partirent en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les gens les virent s’éloigner, et beaucoup comprirent leur intention. Alors, à pied, de toutes les villes, ils coururent là-bas et arrivèrent avant eux. En débarquant, notre Seigneur Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de compassion envers eux, parce qu’ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, notre Seigneur se mit à les enseigner longuement.

© source AELF

Message du jour

Nous vous souhaitons un bon dimanche à tous même si vous êtes éloignés comme nous de l’Église, en retrait de la communauté. Dans ce monde agité, notre Seigneur Jésus nous invite à nous reposer. Nous ne savons pas ce qu’il pense de notre monde moderne. Il souhaite avant tout que nous soyons des hommes et des femmes libres.

Il arrive dans notre vie de rencontrer des situations extrêmement difficiles. Tout ce que l’on entreprend ne fonctionne pas, les solutions s’effondrent. Dans ces cas-là, nous voulons rester seuls. Demander de l’aide dans la prière à notre communauté ne marche pas non plus. Nous ne voulons pas étaler nos propres souffrances. C’est souvent un tiers qui demande à prier pour celui ou celle qui souffrent.

De nombreux témoignages nous disent que leur communauté paroissiale n’est pas fraternelle. Après la messe, chacun vit son quotidien et ses propres préoccupations.

L’individualisme en règle générale n’est pas un phénomène de notre monde moderne. Cela a toujours existé. Nous avons tous besoin d’un repos spirituel. La médiation chez soi ou en pleine nature peut y remédier. On ne prend plus de temps à méditer et reposer notre esprit. « A l’heure de la messe, quand le temps le permet, je vais lire la Parole de Dieu, prier et méditer en pleine nature et je me sens beaucoup mieux. » nous dit Patricia.

Nous avons besoin de nous couper de la foule. Et notre Seigneur le comprend. Et dans cette coupure, il est toujours présent. Il voit bien les choses. Aujourd’hui nous avons deux endroits de rencontrer notre Seigneur. Soit dans une communauté paroissiale (à l’Église), soit dans notre sphère privée, un coin de prière que nous avons installé. Dans ces deux endroits, notre Seigneur est plein de compassion. Il regarde essentiellement notre intériorité, la sincérité de notre cœur.

Ainsi une fois reposé, nous pouvons rencontrer aussi le Seigneur Jésus auprès des autres, de ce qui nous sont proches. Notre Seigneur Jésus passait beaucoup de temps dans un endroit désert avec Dieu. Ce sont dans ces moments qui lui permettaient d’être aussi présent aux autres.

Oui ! Même en retrait de l’assemblée (Église), le Seigneur est toujours auprès de nous, dans un nouveau démarrage d’une journée, d’une action, d’un projet ou d’une continuation quotidienne.