Evangile du jeudi 29 avril 2021

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Jean 13, 16-20

Notre Seigneur disait à ses disciples : « Amen, amen, je vous le dis : un serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni un envoyé plus grand que celui qui l’envoie. Sachant cela, heureux êtes-vous, si vous le faites. Ce n’est pas de vous tous que je parle. Moi, je sais quels sont ceux que j’ai choisis, mais il faut que s’accomplisse l’Écriture : Celui qui mange le pain avec moi m’a frappé du talon. Je vous dis ces choses dès maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez que moi, JE SUIS. Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me reçoit moi-même ; et celui qui me reçoit, reçoit Celui qui m’a envoyé. »

© Source AELF

MESSAGE EXECCLESIA

« Le serviteur n’est pas plus grand que le Maitre » nous dit le verset 16. Notre Seigneur Jésus nous établit dès sa résurrection dans son Royaume et dans sa mission pour annoncer sa Bonne Nouvelle au monde.
Il nous envoie ! même si nous sommes éloignés de la communauté paroissiale. Dieu notre Père a épousé notre condition humaine en envoyant son Fils afin que nous soyons dans cette filiation unique en esprit et dans la chair. Le Seigneur dit : « Si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me reçoit moi-même ; et celui qui me reçoit, reçoit Celui qui m’a envoyé. »

C’est une participation entière qui nous relie au Père uniquement par notre Seigneur Jésus. Il est notre seul intercesseur. Ce n’est que par lui que nous devons nous adresser au Père nos prières, nos demandes, nos supplications. Notre Seigneur Jésus est notre seul rempart.

Dès sa résurrection, nous sommes déjà nous aussi ressuscités avec lui. Notre Seigneur est avec nous chaque jour de notre vie. Nous sommes déjà dans son royaume. La mort n’est qu’un passage, d’où la signification du mot « Pâques ».

« Le serviteur n’est pas plus grand que son Maitre ». Notre Seigneur ne veut absolument pas de hiérarchie dans l’annonce de l’Évangile. C’est très clair ! Malheureusement les hommes en ont décidé autrement. Nous sommes des catholiques heureux sans communauté, sans faire partie d’une institution religieuse. Nous sommes libres !