Evangile du jeudi 8 avril 2021

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Luc 24, 35-48

Les pèlerins d’Emmaüs racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain. Comme ils en parlaient encore, le Seigneur lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Notre Seigneur Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. » Après cette parole, le Seigneur leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Le Seigneur Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu’il prit et mangea devant eux. Puis Le Seigneur leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes. » Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Le Seigneur leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins.

© Source AELF

Même quand le Seigneur Jésus apparaît à ses disciples, ceux-ci sont saisis de craintes. Et c’est par des mots simples « La Paix soit avec vous », que notre Seigneur Jésus se présente à eux. Des mots simples, puissants et fragiles à la fois. L’histoire de notre humanité a prouvé hélas que ce n’est pas évident d’être d’emblée en paix. La paix est pourtant le socle de toutes nos relations… même si nous sommes éprouvés, bouleversés et fatigués par ce qui se passe autour de nous. Sans la paix, qui vient de notre intérieur, qui est de facto transmissible, rien absolument rien de constructif ne pourra se faire.

Beaucoup d’hommes et de femmes ne croient pas en la Résurrection. C’est une évidence. Pour maintenir le peuple à la croyance à la résurrection, beaucoup de prêches s’orientent sur le fait que l’on va retrouver les nôtres… dans l’au-delà. Qu’est-ce que l’au-delà ? Rencontrer ceux que l’on a aimés… cela nous apaise.

Le Christ ressuscité est toujours en chair et en os auprès de ses disciples à tel point c’est qu’il continue de manger avec eux… du poisson grillé. Notre Seigneur Jésus déglutit… cela peut nous interpeler. Puis nous savons qu’il leur sera enlevé à l’Ascension. Ils le voient monter au Ciel auprès du Père.

Même si notre Seigneur Jésus nous ouvre l’intelligence aux écritures, il en demeure que nous nous joignons sans nous en rendre compte à l’incompréhension que formulent les athées… à notre égard.

Personne ne sait rien de ce qui se passe après notre mort ! L’intelligence est imbattable sur les spéculations.

Même si nous sommes éloignés de la communauté et des prêches religieux, nous avons confiance (la foi) en notre Seigneur Jésus. Nous croyons qu’il est ressuscité. Qu’il se manifeste aussi à nous et à tous ses frères et sœurs de notre monde… là où nous sommes… là où nous en sommes. Et nous aussi nous affirmons que le Christ est ressuscité ! Nous aussi nous recevons l’Esprit-Saint.

Prenons ensemble ce temps de Pâques, dans notre sphère privée de reconnaitre que oui… le Christ est vraiment ressuscité.
Que Dieu nous bénisse !