fishes and loaves mosaic of Tabgha.jpg

Evangile du mardi 3 août 2021

Evangile du mardi 3 août 2021

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Matthieu 14, 22-36

Notre Seigneur Jésus avait nourri la foule dans le désert. Aussitôt le Seigneur obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules. Quand il les eut renvoyées, Le Seigneur gravit la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul. La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire. Vers la fin de la nuit, notre Seigneur Jésus vint vers eux en marchant sur la mer. En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils dirent : « C’est un fantôme. » Pris de peur, ils se mirent à crier. Mais aussitôt le Seigneur Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! » Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. » Le Seigneur Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! » Aussitôt, le Seigneur Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! » Après la traversée, ils abordèrent à Génésareth. Les gens de cet endroit reconnurent notre Seigneur Jésus ; ils firent avertir toute la région, et on lui amena tous les malades. Ils le suppliaient de leur laisser seulement toucher la frange de son manteau, et tous ceux qui le faisaient furent sauvés.

© Source AELF

Message du jour

Message

Dans la paix de notre Seigneur Jésus, nous vous souhaitons une bonne journée. Et pour tous ceux qui nous ont écrit pour soutenir Agnès… Son intervention s’est bien passée, elle est très fatiguée et nous lui souhaitons un bon rétablissement.

Dans ce passage d’aujourd’hui, on ressent bien que la foule ne veut pas lâcher notre Seigneur Jésus… mais il se fait ressentir en lui, le besoin de se retirer pour un repos spirituel. Les journées sont souvent agitées, éprouvantes et harassantes. Il a besoin d’être seul avec son Père, notre Dieu. Sa prière va surement pour ses apôtres.

Notre Seigneur obligea ses disciples de prendre la barque pour aller vers l’autre rive et de l’attendre où nous connaissons la signification.

Cette barque représente l’Église qui est confrontée à des tempêtes et des vents contraires. Beaucoup sont effrayés et doutent. Cela est compréhensible. Quand tout va mal dans notre vie, quand tout nous accable, notre raisonnement est emporté par les vagues.

Même si l’on ne distingue pas au loin le Seigneur qui vient nous voir où nous en sommes, le doute peut encore demeurer et nous pensons à toutes sortes de choses hallucinantes.

Le Seigneur nous tend la main… La confiance (notre foi) a besoin d’efforts, car la peur peut rejaillir en nous à chaque instant et nous continuons à tanguer.

Même si sous sommes en retrait de l’Église, comme pour Pierre, le Seigneur nous invite à ne plus douter. Notre Seigneur calme les tempêtes qui nous empêchent d’avancer.

La fin du passage de ce jour nous dit que le Seigneur à nouveau attire la foule qui l’accapare sans plus attendre. Et nous chaque jour, quelle est notre attitude ? Que Dieu nous garde et nous accompagne à chaque instant de notre vie. Amen…