Evangile du mercredi 21 juillet 2021

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Matthieu 13, 1-9

Ce jour-là, notre Seigneur Jésus était sorti de la maison, et il était assis au bord de la mer. Auprès de lui se rassemblèrent des foules si grandes qu’il monta dans une barque où il s’assit ; toute la foule se tenait sur le rivage. Le Seigneur leur dit beaucoup de choses en paraboles : « Voici que le semeur sortit pour semer. Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger. D’autres sont tombés sur le sol pierreux, où ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levé aussitôt, parce que la terre était peu profonde. Le soleil s’étant levé, ils ont brûlé et, faute de racines, ils ont séché. D’autres sont tombés dans les ronces ; les ronces ont poussé et les ont étouffés. D’autres sont tombés dans la bonne terre, et ils ont donné du fruit à raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »

© Source AELF

Message d'un Catholique Execclesia

Vous qui êtes comme nous en retrait de la communauté et de l’assemblée, nous vous souhaitons une bonne journée. Nous avons une pensée particulière (dédicace) pour la prière d’hier de Béatrice. Cette joie qu’elle va avoir de retrouver les siens dont sa fille Anne personne handicapée.
Béatrice nous suit depuis plus d’un an.

Dans ce texte d’aujourd’hui dit « La parabole du Semeur », notre Seigneur Jésus parle de sa mission sur la terre, de la proclamation de son évangile, de ce qu’il sème. Notre Seigneur Jésus voit nos faiblesses et nos incapacités. Le peuple attendait le Messie, celui qui allait le délivrer de l’occupation romaine. Il se montre comme un semeur. Beaucoup ont essayé de suivre notre Seigneur. Cette graine de la parole n’a pas donné de fruit.

Nous nous reconnaissons peut-être dans notre existence, dans chaque endroit, dans chaque sol où ces graines tombent. Le sol de notre société de consommation à outrance, dans ce monde agité qui ne laisse aucune place à Dieu dans leur vie. Cette graine a été dévorée par une cohorte massive de tentation.
Un sol qui hésite, qui voudrait mais ne peut pas, trop préoccupé à faire et à défaire, à corrompre et à purger si nécessaire. Cette graine est étouffée par le matérialisme, l’appât du gain et l’attrait de la richesse.

Aujourd’hui le monde ne va pas bien parce que nous ne le voulons pas. Tous ces sols sont principalement nos choix. Ce n’est pas de la malchance comme on pourrait l’entendre.

Nous « Catholiques Execclesia », nous sommes en retrait de l’Église. Je le dis avec bienveillance, mais nous refusons qu’on dise de nous que nous ne sommes pas un sol pierreux, un sol de ronces. Nous sommes des sols qui accueillent la Bonne Nouvelle, la Parole de Dieu, un sol qui se nourrit de l’Évangile et qui sont ouverts aux autres. En retrait de l’Église, nous pouvons faire de belles choses, car nous ne recherchons le pouvoir. AMEN !