Evangile du vendredi 14 mai 2021

Évangile du vendredi 14 mai 2021

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Jean 16, 20-23

A l’heure où notre Seigneur Jésus passait de ce monde à son Père, il dit à ses disciples : « Amen, amen, je vous le dis : vous allez pleurer et vous lamenter, tandis que le monde se réjouira ; vous serez dans la peine, mais votre peine se changera en joie. La femme qui enfante est dans la peine parce que son heure est arrivée. Mais, quand l’enfant est né, elle ne se souvient plus de sa souffrance, tout heureuse qu’un être humain soit venu au monde. Vous aussi, maintenant, vous êtes dans la peine, mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira ; et votre joie, personne ne vous l’enlèvera. En ce jour-là, vous ne me poserez plus de questions. Amen, amen, je vous le dis : ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. »

© source AELF

Message du jour

Notre vie est jalonnée par des joies et des tristesses. Notre monde actuel souffre. Certains diront que c’était pire avant… mais avant quoi ?

Vous avez peut-être entendu dire que la peste et le choléra pour ne nommer qu’eux ont fait plus de morts que la covid-19. Souvent on nous parle de cette grippe espagnole qui a fait de nombreuses victimes. Pas nécessaire de donner des chiffres. Les gens sont saturés par les chiffres et les courbes. Et alors ! la souffrance ne doit pas s’inscrire à la hauteur d’une échelle.
De toutes les catastrophes, la vie reprend le dessus. Quand tout nous accable, on se désole. Les situations nous paraissent insurmontables.

Notre Seigneur Jésus nous enseigne par l’exemple d’une femme qui enfante. Sans insister sur l’ « avant », à l’époque de notre Seigneur Jésus, les accouchements n’étaient pas plus douloureux que maintenant. Mais aujourd’hui, on essaye de soulager et d’éviter les catastrophes. Ceci dit, dans certains pays, ce n’est pas encore acquis.

En prenant l’exemple de l’accouchement d’une femme. Notre Seigneur nous dit qu’au terme de la douleur, il y a une joie : « La vie »
Celles et ceux qui ont connu la souffrance peuvent témoigner que la vie est belle. Leurs témoignages résonnent dans notre esprit.

Même si nous sommes éloignés de l’Église, le Seigneur Jésus vous tient par la main. Il entre dans vos douleurs. Ne désespérez pas, le Seigneur Jésus vous porte dans les moments difficiles. Ayez confiance en lui. Dans votre sphère privée, priez et méditez, la lumière aura toujours le dessus sur les ténèbres. Soyez toujours ouverts aux autres. En ce jour, sachez que le Seigneur est près de vous. Confiez-vous à lui, à lui seul ! et votre journée existence en sera transformée.

Le courant « Execclesia »