Evangile du vendredi 2 juillet 2021

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Matthieu 9, 9-13

Notre Seigneur Jésus partit de là et vit, en passant, un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de collecteur d’impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » L’homme se leva et le suivit. Comme le Seigneur Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains (c’est-à-dire des collecteurs d’impôts) et beaucoup de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient à ses disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs ? » Le Seigneur Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que signifie : Je veux la miséricorde, non le sacrifice. En effet, je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. »

© Source AELF

Message

Dans ce passage, notre Seigneur Jésus choisit un publicain. Ce qu’il faut remarquer, c’est que souvent ce sont des gens qui viennent à Jésus. Matthieu le publicain ne fait pas cette démarche. Il reste à son poste de collecteur d’impôt. Les publicains au temps de notre Seigneur étaient des employés subalternes à la solde des Romains. Le peuple et les chefs religieux tels que les Pharisiens les détestaient et pour cause. On disait d’eux qu’au passage, ils se servaient dans la collecte d’impôts, d’où la richesse de Zachée.

Ce qui est incroyable, c’est que Matthieu, sans une explication, se lève, quitte son privilège et suit notre Seigneur Jésus.

Puis notre Seigneur Jésus est à table avec la corporation de Matthieu. Des chefs religieux (Pharisiens) étaient également présents. Ils sont choqués et on peut les comprendre qu’il est à table avec ces vilains personnages. Ils sont choqués et le disent à ses disciples pour que notre Seigneur l’entende indirectement : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec des publicains et des pécheurs ? »

Être proche des publicains et des pécheurs n’était pas une provocation, mais une volonté d’être plus proches de ceux qui sont à la marche de la société de l’époque comme les prostituées, les femmes adultères, les paralytiques, les païens, les lépreux, les mendiants, etc.

Et là, l’ambiance est à son haut niveau, notre Seigneur Jésus proclame qu’il est venu pour les malades… Celles et ceux qui ont besoin de guérisons dans leur corps et dans leur âme.

Même si nous sommes éloignés de l’Église, notre Seigneur Jésus vient toujours à notre rencontre. Nous pouvons le suivre en dehors de la sphère catholique. La Bonne Nouvelle de notre Seigneur est toujours une force et une énergie dans notre vie.

La miséricorde est une relation profonde que notre Seigneur Jésus a envers les laissés pour compte ! AMEN.