fishes and loaves mosaic of Tabgha.jpg

Mardi 8 février 2020

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Marc 7, 1-3

Les pharisiens et quelques scribes, venus de Jérusalem, se réunissent auprès de notre Seigneur Jésus, et voient quelques-uns de ses disciples prendre leur repas avec des mains impures, c’est-à-dire non lavées. Les pharisiens en effet, comme tous les Juifs, se lavent toujours soigneusement les mains avant de manger, par attachement à la tradition des anciens ; et au retour du marché, ils ne mangent pas avant de s’être aspergés d’eau, et ils sont attachés encore par tradition à beaucoup d’autres pratiques : lavage de coupes, de carafes et de plats. Alors les pharisiens et les scribes demandèrent à notre Seigneur Jésus : « Pourquoi tes disciples ne suivent-ils pas la tradition des anciens ? Ils prennent leurs repas avec des mains impures. » Notre Seigneur Jésus leur répondit : « Isaïe a bien prophétisé à votre sujet, hypocrites, ainsi qu’il est écrit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi. C’est en vain qu’ils me rendent un culte ; les doctrines qu’ils enseignent ne sont que des préceptes humains. Vous aussi, vous laissez de côté le commandement de Dieu, pour vous attacher à la tradition des hommes. » Notre Seigneur leur disait encore : « Vous rejetez bel et bien le commandement de Dieu pour établir votre tradition. En effet, Moïse a dit : Honore ton père et ta mère. Et encore : Celui qui maudit son père ou sa mère sera mis à mort. Mais vous, vous dites : Supposons qu’un homme déclare à son père ou à sa mère : “Les ressources qui m’auraient permis de t’aider sont korbane, c’est-à-dire don réservé à Dieu”, alors vous ne l’autorisez plus à faire quoi que ce soit pour son père ou sa mère ; vous annulez ainsi la parole de Dieu par la tradition que vous transmettez. Et vous faites beaucoup de choses du même genre. »

© Source AELF

Commentaire de notre courant

Ce passage de l’Évangile du jour est curieux.
Nous avons du mal à imaginer que les disciples de notre Seigneur Jésus n’ont pas observé ce geste du lavage des mains qui était inné chez eux. C’était certes une tradition religieuse, mais au-delà de cela, c’est un geste hygiénique. Se laver les mains avant de manger était une vigilance de nos parents.

On a du mal aussi d’imaginer que notre Seigneur est volontairement demandé à ses disciples de ne pas se laver les mains volontairement pour connaître la réaction des chefs religieux. Mais il faut quand même préciser que dans ce contexte c’est au-delà de l’hygiène, c’est une question de pureté ou s’impureté.
Les chefs religieux précisent à notre Seigneur Jésus que c’est une « tradition des anciens ».

Dans le catholicisme d’antan, il faut le dire, on était plus à cheval sur les rites, les coutumes, les préceptes promulgués sous forme de doctrine que sur la Parole de Dieu. Personne n’avait le droit de lire les Évangiles. C’était dangereux.

Rien de neuf sous le soleil… Les autorités religieuses catholiques maintenaient le peuple par la crainte et la peur. L’enfer rôdait sur le moindre faux pas. L’excommunication était une menace permanente… un châtiment parmi tant d’autres. Le prêtre avait un pouvoir de vie ou de mort au nom de Dieu sur toutes les exactions commises, sur tous les comportements déviants alors que certains d’entre eux faisaient pire. Le prix à payer de tout cela, c’est une destruction massive du christianisme. Regardez autour de vous, les Églises se vident alors que le peuple continue de souffrir. Qui n’a jamais entendu dire qu’un enfant né avec un handicap n’était une punition de Dieu pour les parents ?

Fini tout cela ! Il faut annoncer que notre Seigneur Jésus est plein de compassion envers ceux qui souffrent, envers ceux qui n’en peuvent plus. Et dans tout cela, même si vous avons pris nos distances envers l’Église institution, le Seigneur est près de nous, il est toujours à nos côtés.

Nous vous souhaitons une bonne journée dans la paix et la joie de notre Seigneur Jésus.