Evangile du Samedi 20 mars 2021

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Jean 7, 40-53

Dans la foule, on avait entendu les paroles de notre Seigneur Jésus, et les uns disaient : « C’est vraiment lui, le Prophète annoncé ! » D’autres disaient : « C’est lui le Christ ! » Mais d’autres encore demandaient : « Le Christ peut-il venir de Galilée ? L’Écriture ne dit-elle pas que c’est de la descendance de David et de Bethléem, le village de David, que vient le Christ ? » C’est ainsi que la foule se divisa à cause de lui. Quelques-uns d’entre eux voulaient l’arrêter, mais personne ne mit la main sur lui. Les gardes revinrent auprès des grands prêtres et des pharisiens, qui leur demandèrent : « Pourquoi ne l’avez-vous pas amené ? » Les gardes répondirent : « Jamais un homme n’a parlé de la sorte ! » Les pharisiens leur répliquèrent : « Alors, vous aussi, vous vous êtes laissé égarer ? Parmi les chefs du peuple et les pharisiens, y en a-t-il un seul qui ait cru en lui ? Quant à cette foule qui ne sait rien de la Loi, ce sont des maudits ! » Nicodème, l’un d’entre eux, celui qui était allé précédemment trouver Jésus, leur dit : « Notre Loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? » Ils lui répondirent : « Serais-tu, toi aussi, de Galilée ? Cherche bien, et tu verras que jamais aucun prophète ne surgit de Galilée ! » Puis ils s’en allèrent chacun chez soi.

© Source AELF

Ce passage de l’Évangile montre un débat houleux concernant l’origine de notre Seigneur Jésus. Est-il de la même lignée du Roi David selon les prophéties ? Est-il le Messie, le Christ ? Mais qui est-il vraiment ? Aucun homme n’avait jamais parlé de la sorte. Les contradictions n’ont jamais cessé pendant toute la vie missionnaire de notre Seigneur Jésus et après dans l’histoire du christianisme qui perdure encore et encore, hélas !

Quand notre Seigneur Jésus fut présenté au Temple après sa naissance, le sage Syméon, voyant l’Enfant Jésus dit (en Luc 2, 34) : « Il est là pour la chute ou le relèvement de beaucoup en Israël et pour être un signe contesté » Le sage avait vu juste. Notre Seigneur est encore deux-mille ans après « un signe contesté ». L’histoire du christianisme fera couler beaucoup d’encre, mais pas que…

Aujourd’hui les élites fidèles catholiques s’organisent pour se mettre d’accord sur des positions de telle sorte que beaucoup se sentent exclus. On le voit chaque jour, autour de nous, dans les communautés. Ils ont l’assurance de détenir toute la vérité. Et bon courage à ceux qui veulent donner les contradictions au sein de l’institution.

Notre Seigneur Jésus est venu dans ce monde pour les humbles et les pécheurs. J’ai été très actif en trente ans dans trois communautés paroissiales. Je n’arrivai plus à prier le dimanche et à méditer. J’ai été appelé par le prêtre d’une communauté à faire partie de l’équipe pastorale. J’ai vu beaucoup de clivages. Cela ne s’arrêtait jamais. Les réunions pastorales, très souvent LONGUES et houleuses (comme dans ce passage de la Bible) se terminaient comme pour le verset 53 de l’Évangile de ce jour : « Tout le monde s’en alla chez soi ». Ensuite arrivaient à votre insu des groupes de pression clandestins pour convaincre le prêtre qui a encore le dernier mot.

Depuis, quelle joie de vivre sa foi chrétienne retiré de la communauté. Terminer ces réunions et les oppositions qui ne servent à rien. Je suis heureux de vivre intensément ma foi chez moi, librement tout en restant ouvert aux autres. Faites-en l’expérience. Votre vie chrétienne en sera transformée. Nous sommes très attentifs à ce que dit le Pape. Mais en aucun cas je ne veux troubler mon esprit dans des discussions souvent stériles qui n’en finissent pas. De toute façon, nous autres subalternes insignifiants, nous n’aurons jamais le droit au chapitre…

Notre Seigneur Jésus est le Fils de Dieu, le Messie, le Sauveur. Il est bien présent dans ma vie et surement dans la vôtre. Même si vous avez quitté votre communauté paroissiale et l’Église-institution, le Seigneur de vous n’abandonnera pas. Ne perdez jamais la foi.
Que Dieu nous garde et nous bénisse.

Gabriel Rey