fishes and loaves mosaic of Tabgha.jpg

Samedi 5 mars 2022

Samedi après les cendres

120002_edited_edited.jpg

Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus en Luc 5, 27-32

Notre Seigneur Jésus sortit et remarqua un publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts) du nom de Lévi assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » Abandonnant tout, l’homme se leva ; et il le suivait. Lévi donna pour notre Seigneur Jésus une grande réception dans sa maison ; il y avait là une foule nombreuse de publicains et d’autres gens attablés avec eux. Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient en disant à ses disciples : « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ? » Notre Seigneur Jésus leur répondit : « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs, pour qu’ils se convertissent. »

© Source AELF

Message de notre courant

Il y a plusieurs angles pour commenter l’évangile du jour.
La mission de notre Seigneur est toujours surprenante et sans détour. Ici il s’approche d’un collecteur d’impôt et lui demande de le suivre. Le texte nous dit « Abandonnant tout, l’homme se leva et il le (Jésus) suivait. » Surprenant. Ce collecteur d’impôt était à la solde de l’envahisseur romain. Nul de préciser qu’il était méprisé par le peuple. Nul de préciser également qu’il devait sûrement s’en mettre de côté. Surprenant qu’il accepte de se séparer immédiatement d’un pactole.

Surprenant aussi qu’il donne une grande réception dans sa demeure, vu qu’il vient de démissionner.
Ceci dit, ce qu’il faut retenir c’est que notre Seigneur Jésus reçoit des récriminations de la part des chefs religieux. Pour eux, ce n’était pas moral. Ceux qui n’étaient pas dans la ligne droite de la religion étaient méprisés et rejetés. Rien ne change vraiment aujourd’hui.

Notre Seigneur agit par son Père, notre Dieu. Il veut adresser d’abord sa Bonne Nouvelle à celles et ceux que les autorités religieuses nomment des publicains, des pécheurs et les hors-normes de la société. Il ne défend pas les pécheurs, il les accueille. C’est-à-dire qu’en chacun de nous, pointés du doigt parce que nous n’allons plus à la messe, retirés de l’Église et de la communauté, notre Seigneur est aussi présent dans notre vie. Il sait où nous en sommes.

Le Seigneur ne nous abandonne pas, même si parfois nous chutons. Il continue sans cesse d’agir avec nous. Il nous donne de la force dans nos motivations… d’essayer de faire au mieux dans notre vie.
Notre Seigneur Jésus a confiance en nous. AMEN