Handicap et Foi

Lire aussi

Nous avons souhaité ouvrir un dossier sur le handicap. Sur le réseau des « Chrétiens Excclesia », il y a des demandes. Des personnes handicapées elles-mêmes, mais surtout leur entourage... ce que les uns et les autres ressentent dans leur quotidien et de leur foi qui les anime. Ils sont principalement de province. Ils ont quitté l'Église pour deux raisons, la première pour beaucoup il faut faire des kilomètres pour participer à une messe, ça devient une réalité dramatique, mais surtout, on l'entend de plus en plus que la communauté paroissiale ne leur apporte rien. Les personnes fragiles ressentent beaucoup d'indifférence.

TÉMOIGNAGES

«  Quand nous avons emmené Mathilde pour la première fois à la messe, je n'ai ressenti aucune chaleur. Bien au contraire. On nous faisait quelques sourires mais ma perception était douloureuse. C'était très difficile. Mathilde a aujourd'hui cinq ans. Adrien et moi n'allons plus à la messe depuis ces années. J'ai gardé la foi. Nous prions chez nous. Mathéo vient de naître. Tout va bien pour lui. Nous sommes une famille ordinaire. Nous sommes très bien entourés par nos familles. (Maryse)

 

« Les personnes handicapées et leur entourage ne veulent pas être enfermés systématiquement dans une sorte de communauté catholique spécialisée. C'est très difficile d'être intégré dans une nouvelle communauté paroissiale quand on est valide. Alors imaginez quand on est porteur d'un handicap. » (Sophie)

«  Quand je suis allé dans ma nouvelle communauté paroissiale, une femme très gentiment m'a proposé de venir à une rencontre d'une communauté chrétienne pour les personnes handicapées. J'ai un handicap moteur. Pourquoi mon fauteuil roulant irait systématiquement dans ce genre de communauté. Je veux faire partie du monde des valides. Je veux avoir des amis valides. » (Patrick)

La grande majorité des communautés sont vieillissantes. Personne n'échappe à ce phénomène. Delphine qui a une petite fille avec un handicap mental nous le dit clairement :  

 

« Je suis déjà allé dans une communauté de personnes handicapées, mais je me demandais à chaque fois ce que je faisais là. J'étais la seule maman qui avait moins de trente ans. Je me suis plutôt tournée vers une association non confessionnelle. »

Sur le réseau des « Catholiques non-pratiquants », nous voulons établir une relation fraternelle, car le handicap touche toutes les familles croyantes et non croyantes. 

N'ayons pas peur de nos différences

Allons à la rencontre des plus fragiles. En sortant de nos églises, nous ferons des rencontres extraordinaires. C'est incontestable. Rapprochons-nous des associations sur le handicap. Les rencontres entre valides et non-valides peuvent être fécondes, capable de générer un champ de réflexions sur les besoins et les manques que rencontrent les personnes handicapées et leurs familles. Le handicap, le Christ en parle beaucoup dans les évangiles pour la bonne et simple raison, c'est qu'à son époque, les personnes handicapées étaient rejetées et extrêmement pauvres... Beaucoup pensaient que c'était un châtiment de Dieu... Jésus a bien commencé à changer notre attitude face aux plus fragiles... et nous devons continuer inlassablement.

 

Sortons de nos Églises à la rencontre des personnes les plus fragiles, les plus vulnérables. Sortons de la catosphère, il y a tant de choses à faire.

© ExEcclesia – Tous droits réservés 2018-2024