CHANGER DE MENTALITÉ

La méditation de pleine conscience n'est pas incompatible avec notre foi Chrétienne. Bien au contraire. Elle nous permet de nous apaiser, de combattre notre stress au quotidien, d’éliminer nos angoisses d'une vie agitée souvent imposée. Ainsi notre esprit sera plus calme et notre être plus ouvert, plus à l'écoute à la Parole de Dieu, plus exactement au message de Jésus.

Oui c'est indispensable de prendre du temps pour soi. Beaucoup pratique bien une activité sportive pour entretenir leur corps et même leur mental. 

Mais il faut être précis quand on dit de « prendre du temps pour soi » c'est plutôt de  «prendre du temps pour retrouver le calme en soi, l'harmonie, le bien-être et la paix intérieure » Le  sport, une activité physique et la méditation de pleine conscience en font partie.

C'est incontestable. Des heures devant la télévision, internet, les réseaux sociaux n'en font certainement pas partie... Lire un livre, aller au cinéma ou au théâtre, faire du théâtre, apprendre à cuisiner, à coudre, à broder, à bricoler c'est très bien et il faut continuer si cela nous convient mais nous précisons que prendre du temps pour retrouver le calme en soi veut dire tout simplement « Ne rien faire du tout ». Méditer la pleine conscience, c'est de s'accorder un temps à ne rien faire physiquement. Prendre conscience de notre présent, sur soi, avec ce que l'on appelle un objet méditatif tel que notre respiration, ce qui nous entoure dans l'environnement  choisi, dans sa chambre, dans son jardin, dans un parc ou dans une forêt. Ce temps pour soi n'a rien à voir avec la nonchalance, la flemmardise voire la fainéantise. Non! C'est dans un premier temps, par un premier exemple concret de prendre conscience de sa respiration... Tout simplement. Quelques minutes par jour suffisent pour transformer notre vie. Dans notre rubrique « Comment avons-vous commencé  » Nous témoignons comment la méditation de pleine conscience a changé notre vie et changera la vôtre.

 

VIVRE UNE NOUVELLE METANOÏA

Dans la religion chrétienne, dans certains textes du Nouveau Testament, qui, rappelons-le, a d'abord été traduit en grec, il est employé un mot très intéressant et riche de sens : μετάνοια (métanoïa) qui a suscité un grand nombre de commentaires par des philosophes, des psychologues et des théologiens sur son sens étymologique et son interprétation. Il vient de l'adverbe et préposition μετά (méta) qui signifie à la fois « ce qui dépasse, après, au-delà, met au-dessus » νοια  du verbe νοέω qui signifie à la foi penser, comprendre, percevoir avec l'esprit, considérer »

Dans le Nouveau Testament, il a été parfois traduit en français par le vilain mot  « Repentance » mais plus juste avec le mot  « Conversion ».

Mais que ça soit en philosophie, en psychologie ou en théologie, on peut s'entendre sur les significations «un changement total d’esprit, changement de mentalité, au-delà de penser, ce qui dépasse notre perception »

Vivre une autre « métanoïa », c'est vivre ou de revivre une transformation sensationnelle de notre mentalité et de notre attitude. Un changement de percevoir et une autre vision de vivre sa foi,  notre relation avec Jésus en dehors de l'Église. Nous avons décidé de revivre une métanoïa, chez nous, dans notre intimité sans être envahi par les peurs et les craintes qui ont marché pendant des siècles auprès des plus vulnérables et des plus fragiles. 

La méditation de pleine conscience réalise une autre « métanoïa ». Elle nous fait vivre un changement en nous qui nous recentre à chaque instant sur le présent, ce moment unique choisi et qui n'appartient qu'à nous seuls sans jugement de la part de qui que ce soit.

Dans ce changement qui s'opère naturellement et simplement, cela nous permet de voir les choses différemment, plus posément, sans hâte et sans les juger. Et nous pouvons que constater que les choses bloquées se débloquent... naturellement.

Tout ce à quoi on résiste, persiste en règle générale. Dans une méditation de pleine conscience, on lâche prise et notre attention se recentre sur l'essentiel... sur nos souhaits et nos désirs profonds. Et nous pouvons affirmer que l'essentiel qui parfois s’entremêle dans nos choix et nos décisions surgit très clairement au fil de notre journée. La méditation de pleine conscience est pour nous chrétiens une autre μετάνοια (métanoïa)

Changer notre mentalité (μετάνοια) , aller à l'essentiel du message de Jésus. Beaucoup qui ont été rejetés ou humilié, ne veulent plus revenir dans l'Église. Certains d'entre nous sont même allés voir dans le bouddhisme pour découvrit la pratique de la méditation de pleine conscience. Très peu se sont convertis... Les chrétiens hors de l'église vous proposent de méditer la pleine conscience et la parole de Dieu, le message universel (katholikos) de Jésus chez vous en dehors de l'Église et des communautés.

Changer notre mentalité (μετάνοια) ne plus s'adresser aux saintes et aux saints.... avec tout le respect et la gratitude que nous pouvons avoir pour les femmes et les hommes qui ont eu des vies exemplaires et qui ont marqué la chrétienté dans le don de soi . Un chant de la communauté de Taizé a pour refrain (en espagnol) « Solo Dios basta » (seul Dieu me suffit)... Tout est dit et si nous devons passer par un intermédiaire, seul Jésus et son Évangile doivent nous suffire.

Changer notre mentalité (μετάνοια), fini de jouer sur les peurs, les craintes, sur un Dieu qui punit sur tous nos actes non conformes aux dogmes et aux doctrines et qui se venge du moindre blasphème. De croire que ceux qui ne sont pas baptisés, qui ne vont pas chaque dimanche à la messe, qui ne vont pas à confesse régulièrement ont grande chance d'aller en enfer.

Changer notre mentalité (μετάνοια), pour nous les chrétiens hors de l'église, Dieu voit UNIQUEMENT l'amour et l'amitié que l'on a envers l'autre ou pas... C'est tout simple...

Voilà notre conception de notre nouvelle mentalité, prendre d'abord du temps pour soi, d'un temps pour Dieu et d'un temps pour l'autre. Et nous pouvons vous assurer que de le faire en dehors de l'Église et des communautés nous rend plus joyeux...

© ExEcclesia – Tous droits réservés 2018-2024