Nos réponses

 

Pourquoi dites-vous que vous êtes des catholiques non-pratiquants ?

Le terme « Non-pratiquant » est tout simplement utilisé pour signifier que nous n’allons plus à la messe le dimanche. Nous vivons notre foi chez nous dans notre sphère privée. Les pratiquants, eux, sont souvent appelés « Les Fidèles ». Ce n’est pas tout à fait juste. Nous pouvons être des « non-pratiquants » et être fidèles à l’Évangile. C’est le plus important. Que l’on soit pratiquant ou pas, que nous allions à la messe ou pas, l’essentiel est d’être nourri chaque jour de la parole de notre Seigneur Jésus. Nous vous encourageons à lire chaque jour la parole de Dieu mais il faut se sentir très libre.

La communauté paroissiale est importante pour un chrétien. Il ne doit par rester seul.

Qu'en-pensez-vous ?

Il y a deux réflexions dans votre question. L’importance de la communauté et un chrétien ne doit pas être seul.

Tout dépend de ce que l’on appelle « Important ». Chez les fidèles du dimanche, il y a deux observations sur leur engagement. La très grande majorité va à la messe puis rentre illico chez eux. D’autres échangent sur le parvis avec le prêtre et une minorité discute entre eux. On ne les voit généralement plus jusqu’au dimanche suivant.

Une très petite minorité participe à la vie de l’Église : Intendance, catéchèse, accueil, groupe de prière, liturgie, etc. (Nous n’évoquerons pas ici le sujet du denier de l’église). On rencontre très fréquemment à ce niveau-là des animosités, des querelles, des jalousies, ceux qui veulent attirer les bienveillances des prêtres, ceux qui veulent être des super laïcs, et nous en passons. C’est une réalité. Et beaucoup quittent la communauté à cause de cela !

Sur le sujet qu’un chrétien ne doit pas être seul, là, nous pouvons vous affirmer par notre expérience qu’un chrétien qui se dit suivre l’enseignement de notre Seigneur Jésus à travers l’Évangile, ouvert aux autres, à sa famille, à ses amis, et à tous ceux qui sont proches de lui, peut-être son voisinage, peut-être une personne en souffrance, incontestablement il n’est jamais seul. Car au travers de l’autre, il est en présence du Christ.

A nous de vous poser une question :

Est-ce que vos meilleurs amis sont issus de votre communauté paroissiale ?